Carlo Sartori, l'ancêtre de Darmian

le
0
Carlo Sartori, l'ancêtre de Darmian
Carlo Sartori, l'ancêtre de Darmian

Matteo Darmian fera ses débuts avec Manchester United contre Tottenham, tout comme Carlo Sartori il y a 47 ans, premier Red Devil italien mais aussi premier non-britannique.

C'est un classique, à chaque arrivée d'un joueur étranger dans un club d'envergure, on liste ses compatriotes qui l'ont précédé. Matteo Darmian n'a pas échappé à ce petit jeu, mais le néo-mancunien a dû être surpris à la lecture des noms de ses prédécesseurs. S'il connaissait les anciens pensionnaires de l'Academy qu'étaient Giuseppe Rossi et Federico Macheda, il avait déjà un souvenir plus flou du gardien Massimo Taibi qui s'était d'ailleurs superbement planté, mais alors que dire du pionnier Carlo Sartori ?

L'aiguiseur de Collyhurst


"Carlo était un bon gars, mais pas forcément un bon footballeur. Maintenant, il gagne très bien sa vie en tant qu'aiguiseur de couteaux à Manchester, et d'ailleurs, je dirais qu'en tant que joueur, il faisait un très bon aiguiseur !", cette déclaration tirée de l'autobiographie de feu George Best résume plutôt bien la vie de son ancien coéquipier, de deux ans son cadet. L'affutage de couteaux, c'était effectivement la spécialité de la maison, ou plutôt de la région de Pinzolo, au cœur du Trentin, au Nord-est de l'Italie. On les surnommait les "Moleta", Sartori Sr en était un, et c'est la raison pour laquelle il embarque toute sa famille dans le quartier d'Ancoats de Manchester où se sont regroupés des centaines d'immigrés italiens. Carlo n'a alors que dix mois, mais déjà des cheveux roux qui lui permettront de se fondre dans le paysage de Collyhurst où est fondée la Sartori Sharpening Services. Comme tout gamin, le benjamin de la famille tape la balle et suit même ses deux aînés au Maine Road pour y supporter Manchester City, jusqu'au jour où Joe Armstrong décide de prendre un thé avec la Maman de Carlo pour la convaincre de faire jouer son fils chez les rivaux. Nous sommes en 1963, l'attaquant hargneux que l'on compare à un Jack Russel devient un Red Devil et ce pour dix ans.

Vice Best et vice Law


Sartori doit cependant s'armer de patience, ballotté entre l'équipe B, la réserve, les matches couperets de la Lancashire Cup et les couteaux à aiguiser, il signe son premier contrat pro en 1965 mais doit attendre septembre 1968 pour faire enfin ses débuts chez les pros. Les Red Devils de Matt Busby sont champions d'Europe en titre et se déplacent sur le terrain de Tottenham. Peu avant la mi-temps, Francis Burns se blesse au genou, numéro 12 dans le dos, le rouquin entre en jeu, moment…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant