Carlo Ancelotti doit faire face aux critiques

le
0
Carlo Ancelotti doit faire face aux critiques
Carlo Ancelotti doit faire face aux critiques

On ose croire qu'ils n'iront pas jusqu'à regretter Jose Mourinho, parti en laissant une Maison Blanche dévastée cet été. Mais la presse madrilène a déjà baptisé son successeur, Carlo Ancelotti, au rayon des critiques acerbes. Car depuis la perte du Clasico samedi face au Barça (2-1), le coach italien en prend pour son grade. « Carletto » est rapidement passé de commandant du bateau à un anonyme matelot à bord d'un rafiot qui ne demande pourtant qu'à naviguer à plein régime. En passant du PSG au Real Madrid, Carlo Ancelotti savait à quoi s'attendre. Et il a vite été rattrapé par l'impatience des médias locaux et du public madrilène, toujours très exigeant. Il faut dire qu'en alignant plus de 100 M? sur la table pour recruter Gareth Bale notamment, Florentino Perez a donné à boire et à manger aux insatiables socios du Real. Il faut désormais les contenter avec du jeu et surtout des résultats. Pour le moment, aucun de ces deux critères n'a été rempli. Pire, le Real Madrid, qui reçoit le FC Séville ce mercredi, a vu son rival catalan prendre neuf longueurs d'avance après sa victoire au Celta Vigo (3-0) mardi soir.

Des choix de joueurs contestés

C'est donc un flot de critiques qui a nourri les pages des quotidiens pro-madrilènes depuis la défaite au Camp Nou. Une diatribe axée essentiellement sur le choix des hommes et le manque de tranchant de l'Italien dans ses décisions. Les questions sont aussi nombreuses que justifiées? Pourquoi avoir aligné Sergio Ramos au milieu du terrain ? Que faisait Gareth Bale, à court de forme, dans un match de ce standing ? A quoi joue Ancelotti avec Iker Casillas ? Les réponses n'ont pas été données par le technicien italien mais elles sont déjà connues par les médias : Carlo Ancelotti n'arrive pas à trancher. En voulant ménager les susceptibilités de tout le monde, prenant ainsi à contre-courant l'attitude de José Mourinho, l'ancien coach du PSG espérait se mettre tout le monde dans la poche. Mais c'est finalement l'effet inverse qui s'opère. Si le principal accusé assume ses responsabilités, il sait qu'il dispose de peu de temps pour inverser la tendance. Car à Madrid plus qu'ailleurs, les entraîneurs ne font que passer. L'institution Real Madrid est plus forte que tout. Demandez à José Mourinho ce qu'il en pense?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant