Carla : "J'aimerais retrouver l'Irlandais à qui j'ai fait la bise"

le
0
Carla : "J'aimerais retrouver l'Irlandais à qui j'ai fait la bise"
Carla : "J'aimerais retrouver l'Irlandais à qui j'ai fait la bise"

À 19 ans, Carla Roméra est devenue malgré elle une des stars de l'Euro. Grâce aux supporters irlandais, évidemment, qui lui ont chanté leur amour, et dont la vidéo comptabilise des millions de vues. Rencontre avec une jeune fille dont le téléphone vibre en permanence.

Comment as-tu découvert que la vidéo de toi avec tous ces Irlandais s'est propagée sur Internet ?
Ce sont des copines qui m'ont taguée dessus. La première fois que je l'ai regardée, il y avait déjà 400 000 vues. J'ai halluciné, bien sûr. C'est complètement disproportionné.

Cette vidéo a été plus vue que la plupart des buts inscrits pendant l'Euro. Qu'est-ce que cela te fait d'être une des stars de la compétition ?
La star, c'est le public irlandais. Je suis sur la vidéo parce que c'est à moi qu'ils ont décidé de faire cela. Et puis, ils n'ont pas fait que ça. La vidéo dans laquelle ils chantent une berceuse à un bébé dans le tram m'a touchée.

Le Daily Mail a envoyé un journaliste à Bordeaux uniquement pour te trouver. En lisant ça, tu n'as pas paniqué ?
« Comme tout cela est virtuel, je ne réalise pas. »
J'étais un peu surprise de lire qu'un homme était ici rien que pour moi, oui. Surtout que je ne savais pas du tout que le phénomène avait pris une telle ampleur. Cela me gêne un peu, et en même temps, comme tout cela est virtuel, je ne réalise pas. Facebook, Instagram, ce n'est pas la vraie vie.

Tu es pourtant très active sur les réseaux sociaux...
Oui, j'aime bien Instagram. Et puis aujourd'hui (le 21 juin), j'ai gagné 10 000 abonnés. J'ai également des milliers de demandes d'ajout sur Facebook, et je reçois énormément de mails et quelques coups de téléphone. Ça, je ne comprends pas. Comment ont-ils trouvé mon adresse e-mail et mon numéro ? Et les gens me reconnaissent dans la rue.


Tu es royannaise, qu'est-ce qui t'a amenée à Bordeaux ?
Mon copain de l'époque, qui était bordelais. Il m'a larguée dix jours avant que j'arrive, mais finalement, je me suis quand même installée ici. Et je ne le regrette pas, c'est une ville super sympa.

Comment tu t'es retrouvée avec tous ces Irlandais en train…











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant