Carburant : les avions priés de faire le plein à l'étranger

le , mis à jour à 01:11
1

Il n'y a pas de pénurie selon le gouvernement, mais chacun prend ses précautions. La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a envoyé une note aux compagnies aériennes opérant en France pour les inviter à faire le plein de kérosène à l'étranger, afin de pouvoir assurer deux vols consécutifs, a indiqué ce vendredi un porte-parole d'Air France.

«Depuis ce début d'après-midi (vendredi), nous appliquons les recommandations de la DGAC. Si vous partez d'Europe vers Paris, par exemple Roissy-Charles-de-Gaulle, vous prenez le carburant pour faire votre étape et l'étape suivante», a expliqué ce porte-parole.

QUESTION DU JOUR. Manuel Valls doit-il revoir l’article 2 de la loi Travail ?

 

«Des précautions»

«Si vous partez de Paris vers des escales où la situation est un peu plus sensible, comme Lyon et Nantes par exemple, vous prenez de quoi faire votre vol et l'étape suivante. Mais il n'y a pas de pénurie à ce stade, nous avons les réserves suffisantes pour opérer plusieurs jours. Ce sont des mesures de précaution», a-t-il ajouté.

La compagnie française a également pris des mesures pour les vols long-courrier. «Si vous partez en long-courrier depuis l'étranger vers Paris, vous prenez en effet le maximum de carburant», a-t-il souligné, tout en réfutant le terme de «double emport» évoqué par certains médias.

Les dépôts pétroliers débloqués

Pour Paris, le kérosène est stocké sur les sites des aéroports et arrive par oéloduc des raffineries de la Seine, dans la région du Havre. Mais la Compagnie industrielle maritime (CIM) du Havre, qui gère des terminaux d'importation de pétrole et cet oléoduc desservant Orly et Roissy en Kérosène, est en grève, ce qui perturbe l'approvisionnement des plateformes aéroportuaires.

Cette recommandation intervient alors que la situation est en train de s'améliorer sur le front de l'approvisionnement en carburants des stations-service, tous les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aiki41 il y a 8 mois

    Ce sera sûrement un bon prétexte pour augmenter les prix ! Rappelez vous : Au début des années 2000, les compagnies aériennes ont créé un supplément pour compenser la flambée des cours du pétrole. Appelé YR ou YQ sur les billets d’avion, cette surcharge carburant représentait 6 euros. Aujourd’hui, ce supplément s’élève à 256 euros. Aujourd'hui le cours est très bas et pourtant..........