Carburant : déjà six raffineries en grève, le terminal pétrolier du Havre aussi

le , mis à jour à 12:38
35
Carburant : déjà six raffineries en grève, le terminal pétrolier du Havre aussi
Carburant : déjà six raffineries en grève, le terminal pétrolier du Havre aussi

Trouver des stations-service approvisionnées en l'essence restait difficile en début de semaine. Ce lundi soir, le personnel de la Compagnie industrielle et maritime (CIM), terminal pétrolier du port du Havre qui assure 40% des importations françaises, a à son tour voté  pour la grève. Dans cette entreprise d'environ 260 salariés, où la CGT est l'unique syndicat, la grève a été votée à une majorité écrasante de 95% des voix pour demander le retrait de la loi Travail.

QUESTION DU JOUR. Loi Travail : le gouvernement doit-il la retirer pour mettre fin aux blocages?

Lundi soir, la situation était «globalement (la) même» que dimanche soir, a indiqué le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, sur BFM TV. «Il n'y a pas de dégradation, avec autour de 20% de stations qui sont fermées ou en grande difficulté» sur les quelque 12.000 recensées dans le pays. Mais alors que les problèmes se concentraient surtout dans le Nord et l'Ouest dimanche, de nouvelles régions étaient touchées lundi, a-t-il précisé, notamment le Sud-Ouest où 13% des stations étaient fermées.

Alain Vidalies a toutefois réfuté l'existence d'une pénurie, évoquant plutôt «une surconsommation considérable» du fait de mouvements d'inquiétude. «Il n'y a pas de problème de stock, il y a un problème de logistique et de camions», a-t-il dit, disant avoir pris un arrêté pour permettre aux chauffeurs d'augmenter leur temps de travail. Sur les 2.200 stations-service exploitées par Total en France, 678 étaient affectées lundi soir et 98 ont été réquisitionnées par les autorités, a précisé le groupe.

Selon Laurent Michel, directeur général de l'Energie et du Climat au ministère de l'Environnement, certains détaillants ont enregistré ce week-end une consommation «trois fois supérieure à la moyenne».

Six raffineries à l'arrêt, une septième peut-être mardi. «Aucune raffinerie n'est bloquée, mais six sont en grève», sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nicog il y a 7 mois

    Pour info au gouv, hyper carrouf à 15 km de Paris en rupture de gasoil. Voilà ce qui arrive quand on gouverne dans le mensonge permanent.

  • g.joly1 il y a 7 mois

    Il faut tout bloquer par la grève comme en 36, 68, 95, 2006. C'est en bonne voie et on va gagner.

  • bsdm il y a 7 mois

    La cet se croit encore au 20ième siècle !!

  • dupon666 il y a 7 mois

    si la mission de holland est de detuire la france pour qu'elle soit completement à la botte de bruxelles et de la bce ,il s'y prend tres bien

  • jackie il y a 7 mois

    et dire que l'on me prélève 0.016% pour le syndicats, a mourir de dire, disons c'est nerveux....

  • phili646 il y a 7 mois

    La question du jour !! qui va avalé son chapeau !!!

  • G.DESJON il y a 7 mois

    pour hollande et valls : c'est l'heure de vérité...Rentrer dans le lard de la cgt, FO et autres ma-fias soit disant syndicales : C'EST MAINTENANT. On va voir si on est toujours dans un état de droit. Toutefois je fais le pari que le gouvernement va reculer.

  • jyth01 il y a 7 mois

    Le parti subversif manipulé par Moscou dans l'antiquité, et bien que avec très peu d'adhérents continue a donner ses ordres au gouvernement d'imitateurs. Mais il est nuisible et devrait être dissout comme tous les partis d'extrême gauche, et ce avant qu'une guerre civile n'éclate!

  • janaliz il y a 7 mois

    La France apaisée... disait le casqué.... MDR...

  • M4093614 il y a 7 mois

    @nicog oui j'ai entendu ça aussi. Je pense que Valls en a parlé sur BFM hier.