Captation des données : les Français méfiants mais intéressés par des contreparties

le
0
Captation des données : les Français méfiants mais intéressés par des contreparties
Captation des données : les Français méfiants mais intéressés par des contreparties

(AFP) - Les Français sont très conscients des enjeux liées à la captation de leurs données sur internet et s'en déclarent inquiets, mais un sur deux voudrait en tirer des avantages financiers ou en nature, selon une étude publiée jeudi.Parmi les internautes âgés de 15 et 64 ans, 93% sont conscients de la captation de leurs données personnelles, et 84% se disent inquiets de l'usage qui peut en être fait, selon une étude pour Havas Media réalisée par l'institut Toluna.

Mais 45% de ces internautes seraient prêts à accepter le suivi de leurs données numériques en toute transparence moyennant des contreparties financières, et 42% contre des contreparties non financières (gain de miles, réductions, cadeaux).

Et 30% des internautes interrogés estiment ainsi que pour 500 euros, ils pourraient donner un large accès à leurs données pendant un an.

"C'est le nouveau paradoxe français, les internautes sont très conscients de la captation de leurs données, sont inquiets, mais ils ont un appétit de voir ce que cela peut créer pour eux", indique Raphaël de Andréis, directeur général Havas Media Group France, à l'AFP.

La méfiance reste de mise, puisque 74% des Français sont inquiets de l'usage frauduleux qui peut être fait de leurs données, 53% que leur intimité puisse être révélée et 47% qu'elle serve à les surveiller, mais ces craintes varient selon les populations.

Pour "les plus jeunes, les +data natives+ (24%), ce n'est plus un sujet, ils sont dans une logique qui est de tirer profit du phénomène", note Raphaël de Andréis.

"Les data paranos sont plutôt les plus âgés pour qui l'inquiétude domine".

Et au milieu on a les "data fatalistes", ce qui implique que les publicitaires qui utilisent ces données pour mieux cibler les consommateurs "doivent créer un climat de confiance et faire de la pédagogie", a-t-il estimé.

L'étude suggère aussi que "les hommes sont les plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant