Capoue pas cap ?

le
0
Capoue pas cap ?
Capoue pas cap ?

Après une période difficile à Tottenham où il a très peu joué, Étienne Capoue brille à Watford. Pas si étonnant, vu l'aspect cyclique de sa carrière et sa personnalité.

Question : quel est le seul Français à faire partie du top 10 des buteurs de Premier League ? Indices : il est milieu de terrain, mesure 1,89 m pour 80 kg et n'a pas attendu Pascal Dupraz pour rendre Toulouse cool. Réponse : Étienne Capoue. Revenu de nulle part, le milieu de terrain cartonne actuellement avec Watford, comme en témoignent ses quatre buts inscrits en cinq journées. Pas mal pour un box-to-box. Élément indispensable des Hornets depuis la saison dernière – 38 titularisations en championnat entre août 2015 et aujourd'hui –, le beau bébé de vingt-huit ans s'était pourtant perdu après son départ du TFC, ne voyant la couleur des terrains de PL que 1586 minutes en deux saisons avec Tottenham. Au vrai, ce passage à vide n'était pas le premier. Et pour tenter d'éloigner les points d'interrogation qui entourent le joueur, il faut se retourner. Loin, très loin de l'Angleterre.

Bercé par le cuir


Niort. C'est là que le petit Étienne est né. Là qu'il fait la connaissance du ballon aussi, bien aidé par une famille qui vit du football. Son oncle, Jean-Michel, évolue en première division avec Cannes. Jacques, son père, joue à un niveau régional et entraîne aux Chamois niortais. Aurélien, son frère aîné, fera carrière avec Nantes. " Les Capoue, sur Niort, c'est une famille de footeux, confirme Jean-Luc Poirault, également éducateur aux Chamois. Quand j'avais les deux grands frères à l'école de foot, Étienne les accompagnait. Il ne savait pas encore marcher qu'il avait déjà le ballon dans les mains. Il se baladait à quatre pattes sur le bord du terrain et il se débrouillait pour le traîner entre les bras et les jambes."

Étienne, qui commence donc lui aussi le foot dans le club de sa ville, se fait remarquer très tôt. Au sein d'une belle génération, où l'on trouve notamment Johan Gastien (aujourd'hui à Dijon), celui qui est le plus souvent utilisé en tant qu'attaquant de pointe enchaîne les buts et s'impose comme une vraie promesse. "Il était au-dessus du lot techniquement et athlétiquement, c'est clair, assure Jean-Luc, l'un de ses premiers coachs. À treize ans, il avait déjà un gabarit plus que conséquent, à l'image de son père, et un maniement du ballon exceptionnel pour son âge. Nul doute que c'était le meilleur du groupe. Ce n'est…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant