Capiforce Pierre maintient sa hausse de l'acompte sur dividende au 2ème trimestre

le
0

Gérée pendant une dizaine d'année par BNP Paribas Reim, Capiforce Pierre est passée sous la houlette de PAREF GESTION au 1er janvier 2013.

Depuis, une commission des comptes du nouveau Conseil de Surveillance s’est réunie (11 février) pour étudier les postes de charges de l'exercice précédent. D'après PAREF GESTION " un nombre très significatif de frais facturés par des filiales de BNP Paribas Reim sans qu’à notre connaissance aucun agrément n’ait été soumis aux votes des associés et sans que le Conseil de surveillance ait pu être assuré d’un appel d’offres compétitifs."

Des compléments d’information ont été demandé et "comme les explications du comptable ne nous ont pas satisfaits, nous allons refacturer à BNP PR les éléments incorrectement encaissés" précise la nouvelle société de gestion.

Avec l'analyse des comptes de la SCPI, Paref Gestion s'est fixé au 1er trimestre l'objectif d'une «prise en main » du patrimoine d’un point de vue locatif. Le second trimestre a dévolu aux grandes directions stratégiques. A cette fin, l’assemblée générale mixte du 20 juin 2013, a approuvé les résolutions d’augmentation du capital de la SCPI. Une décision qui ouvre de nouvelles perspectives et notamment celle d'"atteindre une certaine taille critique" permettant une "capacité d'investissement accrue". Cette opération ne sera toutefois réalisée que "lorsque le marché sera propice".

En attendant, Capiforce Pierre a commencé à céder certains actifs non stratégiques à maturité au profit de biens "respectueux de l’environnement dans des zones économiques stabilisés". Un immeuble a été ainsi cédé à Bobigny (2,8M€) dont la plus value sera "distribuable ultérieurement" tandis qu'un autre de nature commerciale (Paris, 8ème) affichant un rendement de 5,6 % a été acquis. Par ces 2 opérations récentes, Capiforce Pierre a posé les premières pierres d'une mutation qui devrait aboutir à terme à la "constitution d'un patrimoine immobilier principalement commercial" et dont le poids aujourd'hui ne représente que 34,8%.

Dans un contexte marqué autant par la reprise de la gestion de la SCPI que par des conditions économiques difficiles, le TOF (taux d'occupation financier) marque le pas. Il atteint 94,5% comparé à 95,1% fin mars et 97,7% fin décembre dernier.

Le marché secondaire a été particulièrement actif au cours du mois de mai avec 638 parts échangées contre une moyenne mensuelle d’environ 280 parts en avril et juin. Pour autant, 2 080 parts étaient encore inscrites à la vente (1,13 % du nombre total de parts) fin juin soit d'après le rapport annuel de la SCPI, un volume proche du nombre de parts échangées sur toute l'année 2012 (2 258 parts, 1,22 % du nombre de parts au 1er janvier 2012).

Les acomptes sur dividende versés au premier et deuxième trimestre se sont élevés chacun à 3,78€. Ils s'inscrivent en hausse de 6,5% par rapport aux mêmes périodes de l'exercice précédent (3,55€).


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant