Capgemini brille en Bourse après son rachat d'actions

le
0

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Capgemini flambe en Bourse jeudi après avoir lancé un programme pluriannuel de rachat d'actions de 600 millions d'euros, dont un quart prévu en 2016, et compter améliorer sa marge opérationnelle de 0,5 à 0,7 point cette année.

Le numéro un européen des services informatiques, qui a publié des résultats 2015 légèrement supérieurs aux attentes, tirés par l'Amérique du Nord, son premier marché, a pris la tête du CAC 40, avec un gain de 3,14% à 74,93 euros à 9h25, ramenant son recul depuis le début de l'année à 12%.

Le groupe précise dans un communiqué viser un free cash flow organique supérieur à 850 millions d'euros, après une hausse de 22% à 815 millions l'an passé, largement au-dessus de ses propres anticipations.

Les prises de commandes ont progressé à 11,538 milliards d’euros en 2015 contre 10,978 milliards en 2014.

Son PDG Paul Hermelin a estimé que le groupe était sur une "dynamique positive", disant ne pas avoir constaté de reports de contrats de la part de ses clients malgré la dégradation de l'environnement économique ces dernières semaines.

"Capgemini a montré depuis plusieurs années sa capacité à naviguer dans le petit temps, à résister aux éventuels ralentissements", a-t-il assuré à des journalistes.

Signe de cette confiance, outre son rachat d'actions, Capgemini prévoit de verser un dividende de 1,35 euro par action en 2016, en augmentation de 15 centimes par rapport à 2015.

L'an passé, Capgemini a amélioré sa marge opérationnelle de 1,4 point à 10,6%, à 1,262 milliard d'euros, contre 1,231 milliard attendu en moyenne selon le consensus réalisé par Inquiry Financial pour Reuters.

Le groupe, dont les principaux concurrents sont les américains Accenture et IBM et le français Atos, vise également pour cette année une croissance de son chiffre d'affaires à taux de change constants comprise entre 7,5% et 9,5%.

IMPACT DES DEVISES SUR LE C.A. ESTIMÉ À -2%

Capgemini s’attend à un impact négatif des devises estimé à 2%, notamment du fait de l’appréciation de l’euro par rapport à la livre sterling et au real brésilien.

En 2015, son chiffre d'affaires a progressé de 1,0% à taux et périmètre constants, à 11,915 milliards d'euros (contre un consensus de 11,904 milliards).

L'Amérique du Nord, devenu le premier marché du groupe après l'acquisition d'Igate en 2015, affiche une marge opérationnelle de 14,9% et une hausse de 7,8% du chiffre d'affaires à taux et périmètres constants.

Sur ce marché, qui a représenté l'an passé 28% de ses ventes, Capgemini prévoit une nouvelle amélioration de sa marge et d'une croissance d'environ 5% de son chiffre d'affaires à taux et périmètres constants, a précisé Paul Hermelin.

La crise brésilienne et les difficultés du secteur de l'énergie aux Etats-Unis sont les principaux points noirs du groupe, qui ne constate cependant aucune difficulté dans le secteur financier.

L'américain Cognizant Technology Solutions a inquiété les investisseurs en prévoyant le 8 février pour cette année la plus faible croissance de son chiffre d'affaires en 14 ans, avivant les craintes sur les restrictions des dépenses technologiques des entreprises.

Selon des analystes, Capgemini va jouer une partie serrée pour dominer tous les compartiments du jeu dans le digital face à ses concurrents traditionnels mais aussi à des groupes issus du monde de la publicité et du marketing.

Pour se renforcer dans le digital en Amérique du Nord, Capgemini a ainsi annoncé jeudi l'acquisition du cabinet de conseil en stratégie d’innovation Fahrenheit 212, basé à New York et à Londres et qui compte parmi ses clients Coca-Cola, les hôtels Marriott et la banque Citi.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant