Capelle punit Passi et l'OM

le
0
Capelle punit Passi et l'OM
Capelle punit Passi et l'OM

Rejoint par Angers en toute fin de match (1-1), l'OM a encore montré qu'il ne savait pas gérer ses rencontres. En même temps, les hommes de Franck Passi ne méritaient pas beaucoup plus qu'un point...

Angers SCO 1-1 Olympique de Marseille

Buts : Capelle (93e) pour Angers // Thauvin (64e) pour Marseille

C'est un principe de base, des bancs de l'école à l'école de la vie : une leçon, ça se retient. Battus après avoir mené face à Nice et à Rennes, passés pas loin de la correctionnelle face à Nantes en fin de match, les joueurs de l'Olympique de Marseille ont une nouvelle fois été punis. Punis de ne pas savoir gérer un match. Punis d'avoir un coach qui fait de drôles de choix en fin de rencontre en faisant entrer Rolando à la place de Zambo Anguissa une semaine après avoir fait entrer Hubocan à la place de Cabella. Devant au score suite à un but improbable de Florian Thauvin à l'heure de jeu, l'OM est spectateur en fin de match. Spectateur de Machach qui décide de jouer une contre-attaque seul à une poignée de secondes de la fin. Spectateur de Capelle, servi par Doria de la tête, qui troue Pelé d'un pétard du gauche au buzzer. L'OM pouvait enchaîner un deuxième succès de rang. Il ne le méritait pas.

Doria en patron


Deux minutes, c'est la durée pendant laquelle l'OM a proposé du jeu. L'arbitre vient de donner le coup d'envoi de la rencontre et le onze de Passi joue au sol, tranquillement. Les déplacements sont bons, le jeu de Gomis en pivot intéressant et la première frappe de Sarr cadrée. Circulez, il n'y a plus rien à voir. A partir du moment où le ballon transite par les "pieds" de Zambo Anguissa, les offensives de l'OM n'en sont pas. Incapable de délivrer une passe dans les pieds ou dans le bon tempo, le milieu marseillais plombe les siens quand ce n'est pas Bouna Sarr et son amour du solo qui fait enrager Passi. Dans le camp d'en face, Santamaria réalise un gros début de match devant sa défense tandis que Toko Ekambi excelle dans le rôle du dynamiteur sur les côtés. Mais si l'OM n'y arrive pas devant, derrière, c'est plutôt solide, à l'image de Doria, phocéen le plus rassurant du match, et de Pelé, roi dans les airs à défaut d'être le patron de la relance. Il faut dire que dans ce premier acte, les assauts de Mangani et de Diedhiou sont timides. Un brin plus menaçant sur un service de Thauvin, Bafé Gomis trouve le chemin des filets mais est signalé en position de…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant