Cantonales : le FN ou la stratégie des «candidats fantômes»

le
0
Dans plusieurs cantons, des candidats frontistes se sont qualifiés pour le second tour sans même avoir fait campagne. Le corollaire d'une stratégie de nationalisation du scrutin des cantonales.

Pour beaucoup d'entre eux, tout a commencé par un e-mail reçu début février. Dans ce message, Steeve Briois, tout nouveau secrétaire général du Front national, appelait les adhérents du parti à se présenter aux élections cantonales, qui arrivaient un mois et demi plus tard. «Il manque encore quelques candidatures dans certains départements. Nous avons besoin de vous», écrivait l'un des bras droit de Marine Le Pen. Et de rassurer les potentiels intéressés en expliquant que «la campagne ne coûte pas un seul centime» et que «les dames ont la possibilité, comme pour les autres scrutins, d'être candidates sous leur nom de jeune fille». Une candidature discrète et peu exigeante, donc.

L'objectif de la direction du FN ? Présenter un maximum de candidats, quels qu'ils soient, pour développer son maillage territorial et optimiser son score lors du dernier grand test électoral avant 2012. Une logique quantitative qui s'est révélée payante : à la veille du second to

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant