Cantines scolaires : notées 7 sur 10 par les élèves

le
0
Cantines scolaires : notées 7 sur 10 par les élèves
Cantines scolaires : notées 7 sur 10 par les élèves

Carlos avait raison : les écoliers préfèrent manger à la cantine ! Quarante ans après la chanson du troubadour en chemise à fleurs, qui revendiquait la joie de déjeuner « avec les copains et les copines », deux sociologues de l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) affirment l'importance cruciale de « l'environnement du passer à table » dans le quotidien de ces 7 millions d'élèves qui, une fois par semaine au moins, prennent place au réfectoire.

Les chercheuses Ghislaine Richard et Stéphanie Proutheau, missionnées par la Fondation Nestlé, ont arpenté pendant un an les sols carrelés de huit cantines, en ville et à la campagne. Elles y ont interrogé 500 enfants, du CE 1 au CM 2. Leur rapport — que nous dévoilons en exclusivité — bat en brèche les clichés : quand ils sont invités à donner une note à leur cantine, en prenant en compte non seulement le contenu de l'assiette mais aussi le décor et l'ambiance, les enfants délivrent un encourageant 7/10. En majorité, ils aimeraient même déjeuner « un jour à la maison, un jour à l'école ».

Les copains d'abord

Qu'est-ce qui fait donc le charme de la cantine ? Les amis pardi ! L'occasion de papoter constitue l'un des principaux motifs de satisfaction des enfants, qui se disent à 70 % heureux de rire entre pairs. A l'inverse, ils s'insurgent quand les règles de leur école les empêchent de choisir leurs voisins de table. Les liens qu'ils entretiennent avec les « dames de cantine » ou les surveillants ont aussi pour eux une grande importance. Dans certaines communes, pour renforcer ces relations propices à une éducation au goût de qualité, les personnels déjeunent en même temps que les élèves, à leur table.

Quant aux aspects négatifs relevés par les sociologues, le bruit reste un vrai problème pour plus de la moitié des demi-pensionnaires et, plus étonnant, ils sont plus de 40 % à trouver à redire à la décoration.

Vive ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant