Cantines scolaires : Matthieu Ricard suggère une «alternative végétarienne»

le
6
Cantines scolaires : Matthieu Ricard suggère une «alternative végétarienne»
Cantines scolaires : Matthieu Ricard suggère une «alternative végétarienne»

C'est une réponse concrète au sujet très controversé du menu des cantines scolaires. La semaine dernière, le maire UMP de Chalon-sur-Saône a déclenché une polémiqueen supprimant le menu de substitution offrant des alternatives sans porc, prohibé par l'islam et le judaïsme. Une décision condamnée par la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem. Ce vendredi, dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde, le moine bouddhiste et écrivain Matthieu Ricard et d'autres personnalités proposent l'instauration d'un menu alternatif végétarien systématique dans les cantines.

«Que vient faire la laïcité là-dedans ?» s'interrogent l'auteur du vibrant "Plaidoyer pour les animaux" et d'autres personnalités défendant la cause animale et la nature, tel Aymeric Caron, végétarien pratiquant et auteur de "No Steak", l'ancienne députée européenne Europe Ecologie Les Verts Sandrine Bélier, Allain Bougrain-Dubourg, les philosophes Florence Burgat et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer ainsi que l'éditorialiste Franz-Olivier Giesbert. «Plutôt que d'utiliser le porc ou la laïcité pour attiser la haine confessionnelle et diviser les Français, nous proposons une solution simple, défendue par ailleurs depuis longtemps par de nombreuses associations : l'instauration dans les cantines scolaires d'une alternative végétarienne systématique, c'est-à-dire à tous les repas, et pas seulement lorsque du porc est proposé», écrivent-ils.

«Loin d'être dogmatique, notre proposition est avant tout pragmatique», se défendent les ignataires de cette tribune, «le repas végétarien est en effet celui qui convient au plus grand nombre - musulmans, juifs, chrétiens, athées ou autres». Ils envisagent, «pour être tout à fait juste et efficace», d'étendre cette alternative sans viande et sans poisson jusqu'au lait et aux œufs, selon les principes des végétaliens qui dénoncent les conditions «déplorables et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 27 mar 2015 à 14:04

    Un végétalien qui veut vendre sa salade tous les médias sont fait pour cela ,il n'a pas manqué l'occasion.

  • boudet le vendredi 27 mar 2015 à 10:34

    J'ai oublié de préciser que quand je dit frites, c'est bien sûr frites, fricadelle.

  • boudet le vendredi 27 mar 2015 à 10:33

    Ben voyons: menu au choix, végétarien, vegétalien, sans sel, sans sucre, sans arachide, casher, hallal, frites, poisson, fruits de mer, cheval, et toutes mes excuses pour les régimes que j'aurais oublié. Que ceux qui veulent imposer des contraintes en assument les frais en sortant leurs enfants des cantines et trouvant une solution particulière à leur caprice.

  • M3471517 le vendredi 27 mar 2015 à 10:15

    Un menu de substitution, c'est le gaspillage assuré. Les bonnes âmes prétendent combattre le gaspillage et en même temps prônent des solutions qui le génèrent. Il n'y a pas si longtemps, les cantines offraient un menu unique et personne n'est mort de faim.

  • M8252219 le vendredi 27 mar 2015 à 09:58

    Les premiers responsables de l'accès à la cantine sont les parents. Ne changeons pas la hiérarchie des responsabilités le gouvernement actuel déresponsabilise suffisamment les citoyens pour encore une fois nous émasculer

  • voeuxplu le vendredi 27 mar 2015 à 09:46

    Les cantines scolaires c'est fait avant tout pour que nos enfants aient des menus équilibrés et mangent à leur faim. Mettre la laïcité dans l'assiette de nos gosses c'est rompre avec le premier besoin qu'est l'alimentation necéssaire au fonctionnement de leur cerveau, de leur apprentissage dans de bonnes conditions et donc réussir. Affamer nos jeunes sur le principe de laïcité et une bétise de premier ordre des politiques. Pouquoi changer un truc qui fonctionne? Ca ne fait de tord à personne!