Cannibalisme confirmé pour un meurtre dans les Hautes-Pyrénées

le
0

TOULOUSE (Reuters) - L'autopsie du corps d'une nonagénaire tuée dans le sud-ouest de la France a confirmé que son meurtrier présumé s'était livré à des actes de cannibalisme sur sa victime, comme il s'en accusait lui-même, a-t-on appris lundi de source policière.

Le jeune homme de 26 ans, arrêté jeudi soir à Nouilhan dans les Hautes-Pyrénées, venait de quitter le Régiment d'Infanterie de chars de Marine (RICM) de Poitiers et n'était pas un SDF, comme le pensait initialement la justice.

Qualifié de "normal" par un responsable du ministère de la Défense, ce caporal "n'est plus militaire depuis le 4 novembre. Il a quitté l'armée de son propre chef".

"Il n'a jamais posé le moindre souci, et il participait à l'ensemble des actions du régiment", a ajouté le ministère, qui affirme que l'armée lui avait proposé de prolonger son contrat.

L'homme était chauffeur de véhicule léger et était parti une fois en opération extérieure en Afghanistan.

L'autopsie de la victime a confirmé les dires du suspect concernant les actes de cannibalisme, a déclaré la source policière. Une partie du c?ur de la nonagénaire a été extraite de la cage thoracique et la langue été sectionnée.

L'ancien militaire originaire Tarbes avait erré trois jours entre Pau et cette ville avant de commettre ce meurtre.

Il avait ensuite blessé deux hommes et s'était emparé d'un fusil de chasse avant d'être interpellé sans violence par les forces de l'ordre. Il avait été interné d'office vendredi soir après que les premières analyses psychiatriques ont montré que son discernement était aboli au moment des faits.

Guillaume Serries, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant