Cannes 2016 : les frères Dardenne mènent l'enquête

le
0
Adèle Haenel.
Adèle Haenel.

Les cinéastes retrouvent la compétition cannoise avec un polar mélodramatique. Leur nouvelle héroïne : Adèle Haenel, dans le rôle d’une femme médecin qui s’improvise détective.

La Fille inconnue – Compétition Avec La Promesse, Rosetta, Le Fils, L’Enfant, Le Silence de Lorna, des drames sociaux qui auront contribué à écrire l’histoire du festival des années 1990 et 2000, les frères Dardenne sont devenus les maîtres incontestés d’un cinéma humaniste, naturaliste, révolté, dont les récits se nourrissent du terreau de la misère sociale européenne. Le style qu’ils ont développé jusqu’à la fin des années 2000 – caméra vissée à la nuque des personnages, éthique de l’image importée du documentaire – devenu la signature de leur tandem, a influencé le cinéma d’auteur du monde entier avec plus ou moins de bonheur. Et un beau jour, ils ont eu envie de renouveau.

En allant chercher Cécile de France, grande actrice populaire, pour tenir le premier rôle du Gamin au vélo (2011), les frères ont inauguré une nouvelle période de leur cinéma dans laquelle ils s’essayent à d’autres formes de récit. Autour du personnage d’ouvrière menacée de licenciement qu’ils ont offert ensuite à Marion Cotillard, Deux Jours, une nuit (2014) s’aventurait sur un terrain presque expérimental, en rejouant en boucle des variations sur une même séquence. Troisième muse de cette nouvelle ère, Adèle Haenel interprète dans La Femme inconnue une jeune médecin, Jenny Davin, qu’un fait divers transforme en détective du dimanche.

Une fille est retrouvée morte près de la rivière, à deux pas du cabinet où elle exerce. Avant d’arriver là, elle avait sonné à la porte, mais l’heure de la fermeture ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant