Canicule info à l'écoute de la France en surchauffe

le , mis à jour à 08:25
0
Canicule info à l'écoute de la France en surchauffe
Canicule info à l'écoute de la France en surchauffe

C'est dans un immeuble moderne de Romainville (Seine-Saint-Denis), à l'est de Paris, que le ministère de la Santé a installé son centre d'appels Canicule info*. Casque sur les oreilles, quatre conseillers santé de la société Acticall informent sur les coups de chaud et comment s'en préserver. Alors que le thermomètre frôlait hier après-midi les 35 oC, le compteur affiche déjà 150 appels à 15 heures. La moitié provenant de personnes âgées, souvent isolées : « Elles veulent être rassurées, explique Magali, responsable de la plate-forme. Elles nous appellent pour que l'on valide les bons gestes. Beaucoup sont encore un peu traumatisées par 2003. » Comme cette dame qui explique à Laurent, un conseiller, être prise de nausées et de maux de tête : « Ce sont les symptômes du coup de chaud. Le mieux est que vous composiez tout de suite le 15 », explique-t-il, d'une voix douce.

 

A côté, une habitante des Hauts-de-Seine de 89 ans ne sait pas comment se rafraîchir : « Je lui ai proposé de se rendre au supermarché de son quartier, raconte Géraldine, mais elle ne peut pas s'y asseoir. Elle va finalement aller à la médiathèque. »

 

Des appels inquiets et parfois... cocasses

 

Yacine, lui, vient de raccrocher : « C'était une personne d'Orléans, détaille-t-il. Sa mère de 89 ans ne veut pas boire d'eau mais est prise de vertiges. Sa fille a contacté le Samu qui refuse de se déplacer. J'ai donné le numéro de SOS Médecins. Peut-être qu'eux se rendront sur place. Et puis il y a des mamans qui s'inquiètent pour leur nourrisson. »

 

Enfin, il y a ces autres appels, surprenants ou cocasses. Comme ce monsieur qui demande s'il peut se rendre... à la laverie. « Il y fait chaud. Je lui ai suggéré d'attendre lundi ou, à défaut, de se munir d'une bouteille d'eau fraîche et de rester à l'ombre », sourit le conseiller. Ou cet autre interlocuteur qui ne sait pas s'il vaut mieux se couvrir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant