Canicule : 36 départements placés en vigilance jaune

le , mis à jour à 07:41
0
Canicule : 36 départements placés en vigilance jaune
Canicule : 36 départements placés en vigilance jaune

Gardez une bouteille d'eau à portée de main et équipez-vous de ventilateurs, d'éventails, de glaçons et de tout ce qui pourra vous rafraîchir... Aujourd'hui, vous allez en avoir bien besoin. Et pas seulement cet après-midi. Pratiquement toute la semaine sera torride. « Après la perturbation qui a rafraîchi l'air la semaine dernière, le thermomètre continue les montagnes russes initiées en juillet », décrit Sébastien Léas, prévisionniste à Météo France.

 

En juillet, le mercure a affiché une moyenne légèrement supérieure à la normale, ce qui camoufle des bulletins en dents de scie : « Rappelez-vous le vrai coup de frais autour du 14 », souligne l'expert du ciel. Ainsi Bergerac (Dordogne) avec 6,4 °C au petit matin du 15 juillet et Villefranche-de-Rouergue (Aveyron) avec 5,7 °C avaient atteint des froids records pour la saison. Puis, trois jours après, à la faveur d'un anticyclone qui amenait dans ses valises l'air brûlant du Sahara, on abandonnait les petites laines pour suer à grosses gouttes dans nos chemisettes et nos tops sans manches, les 18 et 19 juillet on a traversé un très fort pic de chaleur.

 

Bébés et personnes âgées à surveiller

 

Mais ces deux jours ne sont pas comparables au nouvel épisode qui commence aujourd'hui. La fournaise qui s'annonce va durer au moins jusqu'à vendredi sur les trois quarts du pays. Et peut-être au-delà. « Nous allons vivre une période de plusieurs jours consécutifs au-dessus de 30 °C, c'est exceptionnel et cela va durement éprouver les corps », prévient Sébastien Léas.

 

Le mercure atteindra des sommets : jusqu'à 39 °C à Bordeaux (Gironde), soit 12°C au-dessus des normales, Dijon (Côte-d'Or) va enregistrer au plus haut 35°C, Paris 36°C, soit respectivement +11 et + 10°C par rapport aux normales à cette période de l'année. Il faudra attendre dimanche pour que les thermomètres se calment... un peu. En fin de semaine, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant