Canibal, la machine intelligente qui donne une deuxième vie au gobelet en plastique

le
0
Canibal, la machine intelligente qui donne une deuxième vie au gobelet en plastique
Canibal, la machine intelligente qui donne une deuxième vie au gobelet en plastique

(AFP) - Chaque année en France, cinq milliards de gobelets en plastique vont gonfler la masse des déchets ménagers. Une petite entreprise pionnière, Canibal, les recueille dans des machines intelligentes et les recycle en revêtement de sols, mobilier de bureau ou rebord de piscine.Très léger (4 à 8 grammes) et composé d'un mélange de polypropylène ou de polystyrène réputé impossible à recycler, le gobelet en plastique n'est pas trié et 30.000 tonnes finissent incinérées ou enfouies avec d'autres déchets.

"Il est universel, on l'a tous en main au moins une fois dans la journée, sur notre lieu de travail et en même temps, il est perçu comme très polluant", souligne Benoît Paget, cofondateur de la société Canibal (acronyme de "cannettes mises en balle").

"Laissez-le traîner dans une salle de réunion: il sera immédiatement mis à la poubelle, alors qu'un journal restera plusieurs jours sans déranger personne", poursuit-il en faisant visiter son entrepôt de Gennevilliers, près de Paris.

Forts de ce constat, lui et son associé Stéphane Marrapodi ont mis au point, après quatre ans de recherche et développement - en collaboration avec l'école des Arts et Métiers Paris Tech - une machine unique au monde, qui collecte et trie tous les emballages de boissons consommées de façon "nomade": bouteilles, cannettes, gobelets en plastique.

Des filières de recyclage existent de longue date pour les deux premières. Revendu 600 euros la tonne, le polyéthylène des bouteilles sert à produire de nouvelles bouteilles.

De leur côté les cannettes, broyées, deviennent des paillettes d'acier et d'aluminium dont la valeur s'élève respectivement à 100 euros et 1.000 euros la tonne. 

Mais seule la société Canibal, qui emploie 17 personnes, travaille à valoriser les gobelets en plastique, recueillis par son collecteur à ordures. 

A première vue semblable à un distributeur de boissons, c'est une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant