Candriam surpondère les actifs émergents et s'attend à des rendements durablement faibles

le
0

(AOF) - Candriam a maintenu sa surpondération des actifs émergents, aussi bien obligataires qu'en actions. "Nous sommes positifs sur les obligations d’Etat des pays émergents, tant en devises locales que libellées en dollars américains, car elles offrent un rendement significatif comparé aux obligations souveraines de nombreux pays développés peu rémunératrices", indique Nadège Duffosé, responsable de l'allocation d'actifs chez Candriam. Sur le segment des actions, les actions présentent un très solide potentiel de reprise après des années de sous-performance.

"Les valorisations par rapport aux actions développées restent attractives, la croissance économique est en cours de stabilisation et les possibilités d'appréciation du dollar américain sont limitées. Nous pensons également que la croissance économique mondiale peut éviter un ralentissement marqué, notamment grâce au soutien persistant des banques centrales. Enfin, le timing semble adéquat puisque les investisseurs redécouvrent actuellement l'univers émergent. L'afflux de capitaux s'est renforcé dans la région et a conduit les indicateurs techniques à donner le signal d'une reprise pour les actions émergentes", explique Nadège Duffosé.

Pour la gérante de Candriam, une diversification des placements vers les actifs émergents est d'autant plus intéressante aujourd'hui que les rendements devraient rester faibles sur les marchés développés. A rebours de l'optimisme de certains investisseurs selon lesquels la remontée des taux suggérée par Janet Yellen vendredi pourrait faire remonter les rendements, Nadège Duffosé rappelle que le scénario à long terme suivi par les marchés reste celui d'une faiblesse persistante des taux, et donc des rendements.

"Le CBO (bureau du budget du Congrès américain) a abaissé la croissance prévisionnelle des États-Unis à 1,9 % (-10 pb par rapport à ses projections de janvier) et a également écrêté son taux neutre à long terme de 40 pb, à 3,1 % en calcul nominal et à 1,1 % en calcul réel. Le taux neutre à long terme est défini comme le taux des Fed Funds sans effet sur la croissance économique, c'est-à-dire qui ne la stimule pas et qui ne la freine pas. Toute baisse de ce taux engendre habituellement une baisse des taux d'intérêt et des rendements obligataires", explique la responsable de l'allocation d'actifs de Candriam.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant