Cancer : les idées fausses s'enracinent

le
0
Surinformés, les Français ont du mal à hiérarchiser les risques, et leurs comportements changent peu.

L'information sur les risques de cancer est-elle trop abondante? Entre la consommation d'alcool et de tabac, l'exposition aux UV, les antennes-relais, la qualité de l'air ou le rôle de l'alimentation, les Français ont aujourd'hui le sentiment d'évoluer dans un environnement hautement cancérigène. Selon l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), qui a dévoilé jeudi les résultats du Baromètre cancer 2010, cette crainte diffuse pose un réel problème de prévention. «Confrontés à une multiplication des facteurs de risque, les Français ont le plus grand mal à les hiérarchiser, constate Thanh Le Luong, directrice générale de l'Inpes. Ils ont dès lors tendance à s'enfermer dans une attitude de déni.»

L'étude menée auprès d'un échantillon représentatif de 4 000 personnes âgées de 15 à 85 ans révèle que sept Français sur dix se sentent bien informés sur le cancer, qui est toujours perçu comme une maladie «pas comme les autr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant