Cancer : « Il faut mesurer le risque de chaque patient »

le , mis à jour à 07:43
0
Cancer : « Il faut mesurer le risque de chaque patient »
Cancer : « Il faut mesurer le risque de chaque patient »

Pour le cancérologue Alain Toledano, le surdiagnostic, pointé du doigt pour les cancers de la thyroïde, de la prostate et parfois même du sein, cessera avec l'essor des outils d'évaluatin génomique, c'est-à-dire l'analyse génétique des tumeurs.

 

En fait-on trop en termes de dépistage du cancer ?

Docteur ALAIN TOLEDANO. Il faut être prudent lorsque l'on parle de surdiagnostic. Le cancer ne tue pas tout le temps mais on ne peut pas professer globalement que tel petit cancer n'est pas méchant et laisser les gens jouer à la roulette russe. Le problème est que cette maladie fait encore trop de morts. Prenez le cancer de la prostate, que l'on dit, comme celui de la thyroïde, d'évolution lente et de bon pronostic, il tue près de 9 000 personnes par an. Après les débats sur le dépistage par dosage de PSA (NDLR : antigène spécifique repéré par analyse sanguine), dont on a dit qu'il conduisait à opérer trop d'hommes au cancer resté indolent, on risque cet effet pervers de voir arriver des patients relativement jeunes avec des cancers avancés.

 

Comment trouver le juste milieu ?

L'enjeu majeur, c'est de sélectionner. Pour les cancers, il faut pouvoir mesurer, une fois la tumeur diagnostiquée, son agressivité et son risque de rechute. Le risque personnel, pour tel patient, avec sa tumeur aux caractéristiques particulières. Ce qui permet de choisir, avec lui, le traitement le plus adapté. De ce point de vue, nous sommes en plein changement de paradigme.

 

C'est-à-dire ?

Une vraie médecine personnalisée est en train de se dessiner. On raisonne de moins en moins par type de cancer et en se fondant sur de grandes études épidémiologiques des risques. Nous manquons d'outils, il faut y travailler. Mais grâce à l'analyse génétique des tumeurs, on est en bonne voie pour affiner l'estimation du risque. Par exemple avec les tests remboursés évaluant la pertinence de la chimiothérapie pour certains cancers ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant