Cancer du sein : dix maladies différentes

le
0
Identifiées par des chercheurs de Cambridge, ces formes nécessitent chacune un traitement particulier.

«C'est un travail incroyable. Les chercheurs regardent vraiment le fonctionnement de gènes dans les cellules cancéreuses. Conceptuellement, c'est comme si on passait de l'escalier à l'ascenseur!», explique le Dr Mahasti Saghatchian, spécialiste de la recherche génomique du cancer du sein à l'Institut Gustave-Roussy (Villejuif). Les travaux en question ont été publiés le 18 avril dans l'édition en ligne de la revue internationale Nature. De fait, en identifiant les signatures de gènes capables de mieux prédire l'évolution d'un cancer, des chercheurs de l'université de Cambridge associés à des chercheurs canadiens pourraient bien avoir découvert la «pierre de Rosette» des cancers du sein.

Pour effectuer cette percée, les chercheurs ont analysé de façon approfondie 997 prélèvements obtenus sur des femmes touchées par la maladie puis ont vérifié leurs prédictions sur 995 autres tumeurs. «Ils ont utilisé les informations provenant de l'ADN, de l'ARN et les on

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant