Cancer du poumon : Patricia se prémunit avec une prise de sang

le , mis à jour à 09:34
0
Cancer du poumon : Patricia se prémunit avec une prise de sang
Cancer du poumon : Patricia se prémunit avec une prise de sang

En grimpant les marches pour rejoindre la salle de cinéma, Patricia a senti sa tête tourner. « Je n'arrivais plus à respirer, j'étais complètement essoufflée. Aussi bizarre que ça puisse paraître, je ne m'étais jusqu'alors jamais dit qu'une maladie pouvait me tomber dessus. Ce jour-là, j'ai eu peur », admet l'habitante de Nice (Alpes-Maritimes) âgée de 58 ans, dont quarante à griller un paquet de cigarettes par jour.

 

Depuis sa mésaventure il y a un an, Patricia a arrêté de fumer. Elle est aussi l'une des centaines de volontaires participant à une ambitieuse étude de dépistage du cancer du poumon grâce à une « simple » prise de sang. « Le projet s'appelle Air, tout simplement. Nous voulions garder l'idée de respiration », explique Charles-Hugo Marquette, professeur de pneumologie au CHU de Nice et coordinateur de l'étude menée dans 21 centres universitaires.

 

Le prélèvement est filtré un peu comme dans une machine à café

 

Le principe ? Pratiquer chaque année, pendant trois ans, une prise de sang chez des patients à risque afin de détecter la présence de cellules cancéreuses. « Nous pensons que cela peut permettre de repérer très en amont les tumeurs malignes du poumon », s'enthousiasme le chercheur.

 

Fin 2014, l'équipe de scientifiques de Nice à laquelle il appartient avait déjà mis au jour cette technique de dépistage précoce du cancer qui a touché 45 200 personnes en France l'an passé.

 

« Les résultats préliminaires étaient très encourageants. Maintenant, nous voulons les vérifier à grande échelle en incluant 600 personnes volontaires. 450 font déjà partie du programme. Il reste 150 places*  », reprend Charles-Hugo Marquette.

 

Patricia en est, elle, à sa deuxième prise de sang. « On m'a également fait un scanner », détaille avec sa voix éraillée — « Mais beaucoup plus claire depuis que j'ai arrêté de fumer » — la quinquagénaire, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant