Cancer de la prostate : un dépistage ciblé

le
0
De nouveaux marqueurs apparaissent pour distinguer les tumeurs nécessitant un traitement et les autres.

À 60 ans, un homme sur trois a des foyers microscopiques de cancer dans la prostate, mais nombre d'entre eux n'évolueront pas ou peu. Alors comment faire la différence entre les cancers agressifs, justifiant un traitement car menaçant la vie d'un patient, de ceux d'évolution lente, nécessitant juste une surveillance? Actuellement, le facteur le plus pertinent pour connaître l'agressivité d'un cancer de la prostate est le score de Gleason, établi à partir d'échantillons de tissus prélevés par biopsies. «Cependant, l'analyse pathologique est subjective, et le score de Gleason est seulement une estimation qualitative de la malignité du cancer», souligne le Pr Qun Treen Huo de l'université de Floride, qui vient de développer une technique permettant de prédire avec exactitude l'agressivité d'un cancer de la prostate.

Pour cela, les chercheurs ont mélangé les tissus de la prostate prélevés par biopsie avec du sérum humain puis ont utilisé des nanoparticules d'or. Ce

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant