Cancer de la prostate : évaluer l'agressivité

le
0
PSA, biopsie, score de Gleason? Les urologues disposent de nombreux outils pour détecter et surveiller ce type de tumeur, par ailleurs très fréquente.

C'est le plus fréquent des cancers masculins : 71.000 cas découverts chaque année (8.700 décès par an). «Le cancer fait partie du vieillissement normal de la prostate», rappelle le Pr Emmanuel Chartier-Kastler, professeur d'urologie à La Pitié-Salpêtrière (Paris), mais, s'empresse-t-il d'ajouter, «chez certains hommes cela évolue vers une maladie et pour d'autres il n'y aura jamais d'évolutivité.» Ainsi, la détection d'un cancer au stade précoce n'est-elle que le début de l'histoire. Un parcours qui peut commencer par une prise de sang montrant un taux élevé de PSA (antigène spécifique de la prostate) et/ou par la palpation par un médecin d'un nodule lors d'un toucher rectal.

La découverte d'un cancer de la prostate n'implique pas forcément un traitement, de même que la découverte d'un PSA élevé n'est pas synonyme de cancer. «Évitons les raccourcis», insistait l'Association française d'urologie, le mois dernier, dans son slogan de campagne pour la Jour

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant