Canal Plus grand chose

le
0
Canal Plus grand chose
Canal Plus grand chose

La nouvelle est tombée jeudi matin : Canal Plus vient de se faire plaquer par la Premier League pour une autre belle, plus riche, qui répond au nom d'Altice. Un passage de témoin symbole d'une nouvelle génération et qui laisse la chaîne cryptée face à une couverture sportive de plus en plus réduite.

C'est Balotelli qui soulève son t-shirt ciel pour laisser apparaître une inscription devenue célèbre : "Why always me ?". C'est Wayne Rooney qui s'envole pour claquer une bicylette historique un après-midi de derby. C'est aussi Gerrard qui glisse sur la route du titre, ou encore une soirée d'anniversaire de Cantona. C'est Drogba qui décole, la gueule de Shearer, celle d'Owen ou des virages d'Elland Road. Mais c'est aussi l'accent de Darren Tulett, les surnoms de Stéphane Guy, le calme de Ric George, ou la classe de Ginola. Ça c'était Canal Plus, mais surtout la Premier League. Une vitrine qui vient de s'écrouler, en ouvrant un journal avec son café un matin. Sans prévenir.

Pac-Man Drahi


La nouvelle est tombée comme ça, jeudi matin, dans les locaux de la place du Spectacle à Issy-Les-Moulineaux. Personne n'avait été informé en amont de la bombe sortie par L'Equipe. Canal Plus vient de perdre les droits de diffusion de l'un de ses derniers totems. Une réunion est organisée, la tension est réelle et la surprise totale. D'autant qu'une semaine avant, Vincent Bolloré avait plastronné en interne vouloir récupérer des droits pour retrouver la couverture sportive perdue par la chaîne cryptée. Personne ne sait réellement ce qu'il va se passer. Le foot anglais vit donc ses derniers mois sur Canal +, bouffé par le Pac-Man Drahi, fondateur cannibale du néo-géant des télécoms Altice (Ma Chaîne Sport, Numéricable, SFR...).

Le sport est donc la nouvelle proie du groupe. En août déjà, Canal + s'était fait souffler par Altice les droits du basket français pour 50 millions d'euros. Cette fois, on parle d'un minimum de 300 millions d'euros pour dévorer la Premier League et plonger le concurrent dans un marasme profond. Car aujourd'hui, l'ancien phare du sport télévisé n'a quasiment plus rien à l'exception de la F1, le Top 14, quelques bouts de Ligue des Champions et des miettes de Ligue 1. Au coup d'envoi de la saison prochaine, Canal Plus ne couvrira aucun des championnats européens majeurs, la Bundesliga, la Liga et la Série A ayant trouvé refuge chez l'autre tout puissant, BeIN Sports.

La fin d'une génération


Alors la question qui se pose est bien stratégique : à quoi bon prendre un abonnement à plus de 40 euros par mois pour ne plus voir un ballon tourner ? Car l'avenir foot de…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant