Canada : réforme des retraites en vue

le
0
Le gouvernement pourrait repousser le versement des prestations de retraite pour les générations futures à 67 ans, contre 65 ans aujourd'hui.

La semaine dernière, à Davos, le premier ministre canadien a affiché sa fermeté: «Nous avons déjà pris des mesures pour limiter la croissance de nos dépenses en soins de santé. Nous devons faire de même pour notre régime de retraite.» ­Selon Stephen Harper, la population canadienne vieillit et les actifs ne pourront bientôt plus financer les retraites. «Afin d'avoir un système viable et renouvelable dans 10, 20, 30 ans, nous devons faire des changements aujourd'hui», a renchéri de son côté le leader du ­gouvernement à la Chambre des communes, Peter Van Loan. Si ce projet de réforme demeure encore flou, tous les observateurs estiment que les intentions gouvernementales sont de repousser le versement des prestations de retraite pour les générations futures à 67 ans, contre 65 ans aujourd'hui. Les déclarations du gouvernement conser­vateur ont provoqué un tollé, tant dans les partis d'opposition qu'au sein de la population. Les libéraux ont fustigé les pratiques «presque malhonnêtes» d'un parti qui n'a pas annoncé ses intentions de réformer les retraites lors des élections de mai dernier et qui a déjà, à Noël, aboli l'âge légal de départ à la retraite.

Les contours de cette réforme demeurent flous, mais il semble bien que les Canadiens ne devraient plus percevoir leurs retraites qu'à partir de 67 ans, contre 65 ans aujourd'hui. Piqué au vif, Stephen Harper a dû modérer ses ambitions. Le premier ministre a assuré lundi qu'il n'était pas question de toucher aux prestations des actuels retraités. Seuls les actifs seront concernés.

Un sujet sensible

Les systèmes de retraites publics comportent trois allocations fédérales, versées à partir de 65 ans. La première, le régime des pensions du Canada, dépend du temps de cotisation et des sommes versées pendant les périodes d'activité. Cette prestation peut varier de quelques dizaines de dollars par mois jusqu'à une somme maximale de 980 dollars. Elle a été en moyenne de 512 dollars mensuels par personne en 2011. Il faut ajouter à cette rente environ 500 dollars du régime de Sécurité de la vieillesse (SV). Enfin, les retraités dont les revenus totaux sont inférieurs à 16.000 dollars par an peuvent obtenir un supplément de revenu garanti (SRG), dont le montant est en moyenne de 490 dollars par mois. Ces deux derniers programmes, la SV et le SRG, seraient, selon Ottawa, les moins bien capitalisés et ils doivent être réformés. Au-delà de la querelle sur les chiffres, il apparaît que plus de deux tiers des Canadiens n'ont pas épargné à des régimes de retraite privés pour leurs vieux jours. Ils dépendent de ces retraites publiques. Le sujet de la réforme des retraites est donc très sensible et par le passé plusieurs gouvernements ont dû faire marche arrière.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant