Canada-La croissance a rebondi de 0,9% au T3, +3,5% en annualisé

le
0
    par Leah Schnurr 
    OTTAWA, 30 novembre (Reuters) - L'économie canadienne a 
dégagé au troisième trimestre sa plus forte croissance depuis 
plus de deux ans, grâce au rebond des exportations de pétrole et 
à la hausse des dépenses de consommation, montrent les données 
officielles publiées mercredi. 
    Le produit intérieur brut a progressé de 0,9% sur la période 
juillet-septembre après une contraction de 0,3% au deuxième 
trimestre. En taux annualisé, la croissance ressort à 3,5%, la 
plus élevée depuis le deuxième trimestre 2014, après une 
contraction de 1,3% au deuxième trimestre. 
    Le chiffre annualisé du troisième trimestre est légèrement 
supérieur aux attentes des économistes qui prévoyaient 3,4% et 
aux prévisions de la Banque du Canada qui tablait sur une 
croissance de 3,2%.  
    "C'est un soulagement de voir les chiffres du PIB canadien 
beaucoup plus solides que prévu dans presque tous les 
compartiments", a déclaré Doug Porter, économiste en chef à BMO 
Capital Markets. 
    Les économistes ont également salué la croissance plus forte 
que prévu de 0,3% enregistrée sur le seul mois de septembre, qui 
donne à penser que le quatrième trimestre pourrait ralentir 
moins qu'anticipé et potentiellement donner à la banque centrale 
canadienne davantage de marge de manoeuvre.  
    La Banque du Canada réunit la semaine prochaine son conseil 
de politique monétaire. 
    "Cela réduit certainement la probabilité d'un 
assouplissement supplémentaire", a estimé Paul Ferley, 
économiste en chef adjoint de la Banque royale du Canada (RBC). 
"Il semble y avoir suffisamment de dynamisme dans l'économie.", 
a-t-il ajouté. 
    Le dollar canadien s'est raffermi face à la devise 
américaine après ces données. La Banque du Canada a réduit ses 
taux à deux reprises en 2015 pour lutter contre la baisse des 
prix pétroliers et n'a pas écarté une nouvelle baisse lors de sa 
dernière réunion en octobre. 
    La croissance des exportations, notamment dans l'énergie, a 
soutenu l'économie au troisième trimestre, après le trou d'air 
enregistré au deuxième trimestre lié en partie au gigantesque 
feu de forêt dans le nord de l'Alberta, qui avait affecté la 
production des sites pétroliers.  
    Les exportations de services et de biens de consommation ont 
également progressé, tout comme la consommation des ménages et 
les stocks, mais les investissements dans l'immobilier ont 
marqué le pas.  
    En revanche, l'investissement des entreprises dans les 
machines et le matériel ainsi que dans la construction 
résidentielle ont diminué.   
 
 (avec Allison Martel et Fergal Smith à Toronto; Claude Chendjou 
pour le service français, édité par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant