Canada : des étudiants suspendus pour des commentaires grivois sur Facebook

le
0
Canada : des étudiants suspendus pour des commentaires grivois sur Facebook
Canada : des étudiants suspendus pour des commentaires grivois sur Facebook

La blague de carabins est allée trop loin. Au Canada, une université a décidé de suspendre 13 étudiants qui ont eu le malheur de publier en décembre sur un compte Facebook des commentaires très grivois sur leurs petites camarades de promotion. Richard Florizone, le président de la faculté dentaire Dalhousie, à Halifax, dans l'est du Canada, a annoncé la mesure ce lundi.

Sur le compte du groupe Facebook, fermé depuis, ces jeunes avaient demandé aux visiteurs de voter pour désigner les étudiantes avec lesquelles ils souhaiteraient avoir un rapport sexuel «violent». En anglais, la question était «who would you hate fuck», que l'on peut traduire par «avec qui voudriez-vous avoir une relation sexuelle brutale ?» 

Les membres de ce groupe baptisé DDS Gentlemen's club avaient aussi publié des propos sexistes comme cette définition du pénis : «l'outil utilisé pour convertir les lesbiennes et les pucelles en membre utile et productif de la société».

D'autres vantaient les mérites du chloroforme administré aux jeunes femmes...

Ces propos étaient «offensants et dégradants», comme les a qualifiés ce lundi lors d'une conférence de presse Richard Florizone. Les 13 étudiants en quatrième année de faculté dentaire ont été suspendus de toute activité au sein de la clinique de l'établissement, ouverte au public.

Statement: Dalhousie suspends 13 fourth year dental students from clinical activities: http://t.co/qTATA8pp0T-- Dalhousie Dentistry (@DalDentistry) 5 Janvier 2015

«Cette suspension est nécessaire pour assurer un environnement sain et favorable» pour les patients et pour les autres étudiants du programme, selon le président de l'université. Le comportement de ces 13 étudiants «n'est pas tolérable», a estimé Thomas Boran, recteur de la faculté dentaire.

Si pour l'instant ces étudiants ne sont pas suspendus de cours, ils pourraient faire l'objet d'une exclusion de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant