Canada : atteint d'un cancer, il avoue un crime vieux de.... 69 ans

le
0
Canada : atteint d'un cancer, il avoue un crime vieux de.... 69 ans
Canada : atteint d'un cancer, il avoue un crime vieux de.... 69 ans

Sans doute pour soulager sa conscience, un homme de 91 ans a avoué un meurtre qu'il a commis à Londres (Grande Bretagne) en... 1946. Le vieil homme avait abattu une femme d'une balle dans la poitrine devant une boîte de nuit de Carnaby Street. Craignant la peine capitale, il s'était exilé dans l'Ontario, au Canada cinq ans après son crime, où il y a vécu une vie de bon père de famille. Deux officiers de Scotland Yard ont fait le déplacement au Canada pour interroger cet homme et résoudre du même coup, une enquête vieille de 69 ans. Ses aveux, les plus tardifs que la police britannique ait jamais reçus, figureront sans aucun doute dans les annales.

Cet homme, dont l'identité n'a pas été révélée par le quotidien britannique The Sun qui relate l'affaire, a appris qu'il souffrait d'un cancer de la peau lorsqu'il a poussé la porte du commissariat le plus proche, il y a deux ans. Sa démarche : confesser que, peu après la seconde guerre mondiale, il avait tué à Londres une femme dont il ignorait le nom.

Suite à ses aveux, les autorités canadiennes ont alerté leurs homologues britanniques lesquels ont ressorti les archives pour tenter d'identifier la victime parmi les affaires non élucidées de l'époque.  Ils ont fini par mettre à jour l'histoire de Margaret Cook, danseuse et chanteuse de charme, au Blue Lagoon, un club situé Carnaby Street daqns Soho, un quartier alors mal famé de la capitale. A l'époque, les pistes envisagées étaient nombreuses : le petit ami de la chanteuse puis un homme tatoué avec qui elle aurait eu maille à partir ont été recherchés. En vain. La pègre avait également été évoquée... Mais au final, il s'agissait d'un homme de 22 ans,  tout juste démobilisé après avoir servi dans l'armée britannique pendant la seconde guerre mondiale, qui aurait tiré sur la jeune femme parce qu'elle l'avait escroqué et l'avait mal reçu.

Les autorités britanniques ont tout de même officiellement demandé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant