Canada-200.000 hectares brûlés, Fort McMurray épargnée à 90%

le
0
    par Rod Nickel 
    FORT MCMURRAY, Alberta (Canada), 10 mai (Reuters) - Les 
responsables canadiens en visite lundi dans la ville pétrolière 
de Fort McMurray, au coeur des incendies de forêt qui font rage 
depuis plus d'une semaine dans l'Alberta, se sont dits 
encouragés par le nombre de bâtiments ayant échappé aux flammes, 
estimant à 90% les structures intactes. 
    Les flammes ont dévasté jusqu'à présent 204.000 hectares, a 
déclaré lundi Rachel Notley, la Première ministre de l'Alberta, 
une province riche en sites d'exploitation des sables 
bitumineux. Elle a parlé de feux toujours dangereux, vastes et 
en progression. 
    Deux mille quatre cents bâtiments ont été détruits dans la 
ville de Fort McMurray, dont la population a été évacuée, a 
précisé Rachel Notley. L'intervention des pompiers a cependant 
permis de sauver près de 90% de Fort McMurray, soit 25.000 
bâtiments, a-t-elle ajouté.  
    Lundi, l'incendie s'était suffisamment éloigné de la ville, 
d'où quelque 88.000 habitants ont dû être évacués, pour 
permettre à une délégation officielle de visiter Fort McMurray. 
    "Nous avons vraiment été encouragés par l'étendue des 
communautés résidentielles qui ont pu être sauvées", a dit la 
Première ministre de l'Alberta. "Cela ne veut pas dire, bien 
évidemment, qu'il n'y aura pas des scène déchirantes pour 
certains lorsqu'ils reviendront." 
    Sur place, le parcours capricieux suivi par les flammes est 
visible. Alors que certaines maisons ont été réduites en 
cendres, d'autres, à quelques mètres, ont été épargnées. Des 
parterres de fleurs sont intacts. 
     
    "UN MONSTRE" 
    Dans l'un des quartiers les plus touchés, Beacon Hill, des 
maisons sont réduites à des fondations carbonisées et à quelques 
marches d'entrée. Les voitures, aux pneus fondus, laissent 
échapper des coulées de métal fondu. 
    "C'était un monstre. C'était un animal. C'était un feu comme 
je n'en ai jamais vu de toute ma vie", a déclaré aux 
journalistes le chef des pompiers de Fort McMurray, Darby Allen, 
qui estime à 85% le nombre de logements ayant échappé à 
l'incendie. 
    Toutes les écoles, à l'exception d'un établissement en 
construction, ont été sauvées des flammes. Rachel Notley a salué 
l'engagement des pompiers, qui ont dû empêcher les flammes 
d'atteindre leur propre caserne. 
    La Première ministre a noté qu'il restait dangereux pour les 
habitants d'entrer dans la ville sans escorte, de nombreux 
endroits restant encore fumants, et sans électricité, sans eau 
ni gaz. 
    Les compagnies d'assurance ont révisé à la baisse leurs 
estimations du coût de l'incendie qui sévit depuis le 1er mai. 
    Le premier assureur canadien, Intact Financial Corp 
 IFC.TO , prévoit des pertes comprises entre 130 et 160 millions 
de dollars canadiens (88 à 108 millions d'euros), en se fondant 
sur des vues satellites et des technologies de géocodage pour 
estimer les dégâts.   
    Les analystes anticipent en conséquence une perte de 1 à 1,1 
milliard de dollars canadiens pour l'ensemble du secteur de 
l'assurance du pays, bien en-dessous des 9 milliards de perte 
redoutés précédemment. 
    Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a promis un 
engagement de l'Etat sur plusieurs années pour reconstruire Fort 
McMurray, sans donner pour le moment davantage de précisions. 
     
    LA PLUIE ATTENDUE 
    Le brasier reste étendu, dangereux et en expansion, ont dit 
les forces de l'ordre, tout en notant que des températures plus 
froides avaient ralenti la progression de l'incendie et 
devraient faciliter sa maîtrise dans les prochains jours. 
    Le temps frais doit se prolonger jusqu'à jeudi, mais la plus 
grande partie de la province d'Alberta reste très sèche après un 
hiver doux et un printemps chaud. 
    "Ce monstre est si grand, il nous faut de la pluie pour 
l'arrêter", a dit le ministre de la Sécurité publique, Ralph 
Goodale. 
    Des précipitations sont attendues mercredi, avec une 
probabilité de 30%, selon les prévisions météorologiques 
officielles. 
    La Première ministre de la province a en outre annoncé 
qu'elle serait en mesure de fournir un calendrier pour le retour 
des habitants de Fort McMurray dans les deux semaines qui 
viennent. Des milliers de personnes évacuées attendent dans des 
camps dans les villes voisines. 
    Fort McMurray est au coeur de la région des sites 
d'exploitation des sables bitumineux de l'Alberta, qui n'ont 
pratiquement pas été endommagés. Près de la moitié de la 
production de pétrole brut, soit un million de barils par jour, 
a du être suspendue, selon des estimations Reuters.   
    Royal Dutch Shell  RDSa.L  a dit qu'il relancerait sa 
production à un rythme ralenti dans la province, en déplaçant 
son personnel en fonction des besoins. 
    Le groupe Statoil ASA  STL.OL  a fait savoir quant à lui que 
la production resterait suspendue dans les sables bitumineux de 
Leismer, dans le nord de la province jusqu'à ce que les points 
d'acheminement vers les oléoducs soient rouverts. 
    Imperial Oil  IMO.TO  a complètement fermé son projet 
d'exploitation des sables bitumeux de Kearl. 
 
 (Julie Carriat pour le service français, édité par Danielle 
Rouquié) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant