CAN : la fiche du Cameroun.

le
0
CAN : la fiche du Cameroun.
CAN : la fiche du Cameroun.

Après un Mondial extraordinaire – ou pathétique, c'est selon – la troupe des Lions indomptables est de retour pour notre plus grand plaisir. Certes, amputée des Eto'o, Song, Webo, Assou-Ekotto et II Makoun qui ont forgé sa renommée, mais toujours sous la houlette du Claude Le Roy teuton : herr Volker Finke. De quoi renouer avec le triomphe de 2002 ? Peut-être bien que oui.

  • L'indice Ebola : 91% Parce qu'encore une fois, le problème viendra des anciens, de ce fameux conseil des sages qui, désormais, ne se réunit plus qu'au cimetière. La faune africaine pardonne rarement. Pour en avoir le cœur net, il suffit d'observer ce qui se trame derrière les hautes herbes. Lorsqu'un vieux lion meurt, s'il n'a pas été tué par un jeune premier trop impétueux, les autres mâles se disputent systématiquement sa place. C'est la loi de la savane. Et comme un lion n'est jamais rien d'autre qu'un gros chat, les indomptables risquent aussi de passer leur CAN à se cracher dessus en hérissant le poil. Le roi Samuel est mort, vive le roi !

  • Le portrait robot - 25% Chantal Biya
    - 25% Zangaléwa
    - 49% Simba
    - 1% Mufasa

  • Le gardien de but À ceux qui disent que Fabrice Ondoa marche dans les pas de Carlos Idriss Kameni, Volker Finke répond oui. Un grand oui même. Dix-neuf ans seulement, et le natif de Yaoundé goale déjà dans les bois de Barcelone. Pas l'Espanyol, hein. Lui, ce sont ceux du Barça qu'il est en train de conquérir. Rien que ça. Repéré sur la terre brulée de la capitale camerounaise, petit Fabrice intègre la Fondation Samuel Eto'o en 2006, à onze ans tout juste. Trois saisons plus tard, ce sont les recruteurs blaugranas qui, à peine descendus du charter, lui proposent d'intégrer une autre fondation célèbre : la Masia. Même pas peur. Cadet, junior, le lionceau se rend indispensable et gravit les échelons jusqu'à remporter l'UEFA Youth League en 2014, trois buts à rien face à Benfica en finale. Compétition qu'il conclut évidemment en imposant sa frimousse dans le onze type. Aligné par son sélectionneur dès le début des qualifications, il reste inviolé en dégoûtant d'entrée de jeu les attaquants congolais, puis ivoiriens, et termine la phase de poule avec une seule balle dans le buffet en six matchs. Un phénomène. Mais - parce qu'il y a toujours un " mais " dans ce monde de merde - cette saison, Fabrice Ondoa c'est aussi trente-six pions encaissés sur vingt rencontres disputées avec le Barça B.

  • L'équipe type Ondoa – Bedimo, Nkoulou, Chedjou, Oyongo – Mbia, Mandjeck, Enoh – Njie, Choupo-Moting, Aboubakar.












  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant