CAN : la fiche de la Zambie

le
0
CAN : la fiche de la Zambie
CAN : la fiche de la Zambie

Place à la Zambie sans Hervé Renard. Les Chipolopolos avancent sans trop de certitudes dans cette CAN 2015. Sauf, pour le poste de gardien. Indéniablement un atout dans une CAN.

  • L'indice Ebola (capacité à mettre le bazar) Elle n'est pas facile à lire, cette sélection zambienne. La Côte d'Ivoire, le Cameroun, le Ghana Ça oui, ça parle à tout le monde, car ces nations ont déjà participé à des Mondiaux et comportent des joueurs connus de tous. Pas la Zambie, qui est pourtant une sacrée valeur sûre du continent. Champions d'Afrique en 2012, les Chipolopolo avaient surpris leur monde cette année-là, mais y compris peut-être un peu eux-mêmes, pas habitués à être dans la lumière. Ils ont ensuite perdu un peu des vertus collectives qui font leur force, se manquant par deux fois : lors de la CAN 2013 (3 nuls, élimination au premier tour) et pour les qualifications à la dernière Coupe du monde. Depuis, c'est donc un retour à un statut d'outsider pour eux, et ça leur va bien. Dans un groupe B a priori très homogène (RD Congo, Tunisie, Cap-Vert), ça va déjà être coton de s'en extraire. Après, s'ils y arrivent, plus rien ne semble impossible 25%

  • Portrait robot - 50 % citoyens du monde, normal pour un pays aux huit frontières et une sélection composée de joueurs évoluant en Afsud, RdC, Israël, Chine, Inde, Suisse, Angleterre, Arménie
    - 50 % merveilles du monde, on parle quand même d'un pays où se trouvent les chutes Victoria et le fleuve Zambèze.
    - 0 % Coupe du monde, on attend toujours la première qualification des Chipolopolo à la reine des compétitions

  • Le gardien de but Kennedy Mweene vient tout juste d'avoir 30 ans et s'apprête à disputer sa 6e Coupe d'Afrique des nations à titre personnel. Un monument, non seulement à l'échelle de la Zambie, mais aussi de l'Afrique, où il est reconnu comme étant un des meilleurs gardiens du continent (et peut-être bien le meilleur de la compétition étant donné l'absence du Nigeria de Vincent Enyeama). Il évolue depuis une décennie dans le championnat sud-africain et, franchement, il mériterait d'être testé dans un championnat européen Décisif lors du tournoi 2012 (avec notamment un péno arrêté en demi-finale face au Ghana), il se distingue aussi avec son aptitude à marquer des penaltys, comme ce fut le cas lors de l'édition 2013, égalisant lors du match face au Nigeria (1-1). Une belle lulu en plus.

    Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

  • Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant