CAN 2015 : la Guinée équatoriale en demi-finale avec l'aide de... l'arbitre

le
0
CAN 2015 : la Guinée équatoriale en demi-finale avec l'aide de... l'arbitre
CAN 2015 : la Guinée équatoriale en demi-finale avec l'aide de... l'arbitre

A la dernière minute du temps réglementaire, la Guinée équatoriale, qui accueille la CAN 2015, pensait dire adieu à «sa» Coupe d'Afrique. Mais au terme d'un incroyable renversement de situation, le pays hôte s'est finalement qualifié après la prolongation, en battant la Tunisie 2 à 1, samedi à Bata. Les Equatoguinéens affronteront jeudi à Malabo le vainqueur du quart de finale Ghana-Guinée, programmé dimanche.

Les Aigles de Carthage croyaient sans doute avoir fait le plus dur en ouvrant la marque par Akaichi (70e). Mais la Guinée équatoriale a bénéficié d'une grossière erreur d'arbitrage pour égaliser sur un penalty inexistant dans le temps de jeu par Balboa (90e+2), qui a ensuite doublé la mise en prolongation sur coup franc (102e).

#EquatorialGuinea were awarded this terrible penalty decision in added time which sparked anger in #Tunisia players!

http://t.co/2MtW1NXf7s-- BetVictor (@BetVictor) 31 Janvier 2015

Pour couronner le tout, Rajindraparsad Seechurn, l'arbitre mauricien de cette rencontre, a sifflé la fin du match alors qu'il restait quelques secondes à jouer, et ce malgré le gain de temps évident du gardien de la Guinée équatoriale. C'est finalement sous escorte policière que l'homme en noir a quitté le stade.

Le ministre des Sports, Francisco Pascual Obama, est même descendu sur la piste d'athlétisme et a répété une vingtaine de fois, micro en mains, «nous demandons le calme ! Nous demandons le calme !» afin que l'ambiance électrique ne dégénère pas davantage.

«C'est une injustice»

De son côté, Georges Leekens, le sélectionneur de la Tunisie a laissé éclaté sa colère en conférence de presse à l'issue de la rencontre. «Le résultat est forcé. Ils sont à domicile, j'avais dit vendredi que j'espérais que l'arbitre soit au niveau, il ne l'était pas, c'est simple, c'est dommage. Nous sommes très malheureux, la Tunisie ne mérite pas ça. C'est une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant