Campings : le luxe sans tralala

le , mis à jour à 08:05
0
Campings : le luxe sans tralala
Campings : le luxe sans tralala

Fini réchaud, douches collectives et sac de couchage. Cet été encore, les campings poursuivent leur course aux étoiles. Ce sont 81 sites qui viennent d'en décrocher une quatrième ou une cinquième. Cette montée en gamme progressive répond aux attentes d'une clientèle de plus en plus exigeante et peu adepte de la promiscuité.

 

Ces campings de luxe ont d'autant plus leur carte à jouer cette année auprès de la clientèle made in France que les touristes étrangers font défaut. Du fait des attentats et du climat social tendu, Américains et Japonais notamment sont aux abonnés absents. A l'inverse, les Français, eux, sont moins enclins à partir à l'étranger.

 

Des offres de plus en plus originales

 

« Ils cherchent dans l'Hexagone un mélange d'exotisme, de confort et d'animation, explique Guylhem Féraud, président de la Fédération nationale de l'hôtellerie de plein air (FNHPA). Les campings ont dû s'adapter à cette nouvelle clientèle. »

 

Si le bon vieux camp de toile n'a pas disparu, il ne fait plus vraiment recette. Depuis que le premier cinq-étoiles a ouvert en 2010, les campings old school (à l'ancienne) ont multiplié les investissements. Fini les tentes, bonjour les lodges cosy et les cottages climatisés. Le confort, c'est aussi l'espace. Dans un cinq-étoiles, comptez 70 emplacements par hectare contre 100 dans un une-étoile. Le prix est moins élevé que pour une location de vacances, avec, en prime, une terrasse les pieds dans le sable et un spa privatif.

 

« Aujourd'hui, ce ne sont plus des piscines mais des parcs aquatiques avec toboggans, des golfs ou des espaces hammam et sauna exceptionnels », énumère Vincent, du site Campingdeluxe.fr. Pour continuer de se démarquer, les campings cherchent désormais à se spécialiser. « Certains ont misé sur le thème de la pêche ou des pirates pour les enfants, d'autres sur la nature, avec des services de restauration proposant des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant