Camoranesi : " Avec la suède, Zlatan n'est pas très effrayant "

le
0
Camoranesi : " Avec la suède, Zlatan n'est pas très effrayant "
Camoranesi : " Avec la suède, Zlatan n'est pas très effrayant "

Champion du monde en 2006 avec l'Italie, Mauro Camoranesi suit toujours les performances de son pays d'adoption. Et malgré l'age, l'argentin de naissance est toujours saignant. Par Aquiles Furlone.

Qu'est-ce que t'as pensé de l'Italie contre la Belgique?
Débuter par une victoire c'est important. L'Italie a gagné comme elle le fait toujours, en jouant à sa manière, mais elle mérite largement sa victoire contre une Belgique dont on attend toujours beaucoup, mais qui malheureusement a du mal à confirmer tout son potentiel dans ce genre de match.

Qu'est-ce que tu veux dire par elle a gagné comme toujours ?
On parle beaucoup de possession de balle mais l'Italie c'est l'antithèse de tout ça. Historiquement, l'Italie n'a jamais fait de la conservation de la balle une priorité. C'est ce qu'on a vu face aux Belges. Aujourd'hui tout le monde analyse la possession de balle, à travers une multitude de statistiques comme si c'était la seule chose importante. Plus personne ne s'intéresse aux équipes comme l'Italie qui par tradition, n'ont pas le monopole du ballon.

Il est possible de jouer bien sans nécessairement avoir tout le temps le ballon selon toi ?
Bien sûr. Jouer bien, ça signifie avoir un plan de route. Certaines équipes ont une philosophie axée sur le ballon, et d'autres comme l'Italie pense le football sans lui. Avoir le ballon ou non, peu importe en vérité, le plus important c'est d'avoir un plan, et de s'y tenir. C'est ça, jouer bien.

Est-ce que la victoire sur la Belgique confirme la relève générationnelle de l'Italie selon toi ?
Elle a commencé à se faire à partir de 2010. En 2012, l'Italie s'est hissée jusqu'en finale de l'Euro et en 2014, alors que la relève devait se concrétiser, l'équipe n'a pas fait une bonne Coupe du monde. Je pense que cette déconvenue a été digérée même si l'équipe actuelle est un peu étonnante : d'un côté tu as des joueurs comme Thiago Motta, et de l'autre des types plus jeunes, comme Pellé ou Candreva (en réalité Pellè et Candreva ont respectivement 30 et 29 ans, ndlr). Des jeunes comme eux, il y en a, mais pas beaucoup. Regarde la défense et le gardien : ils sont tous expérimentés et jouent tous à la Juventus. Pour moi, l'Italie de cet Euro n'est pas dans la relève générationnelle, elle est dans l'improvisation.

Depuis sa victoire contre les Belges, beaucoup affirment que l'Italie…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant