Camille Muffat : « J'ai été une gamine qui a eu peur »

le
0
Camille Muffat : « J'ai été une gamine qui a eu peur »
Camille Muffat : « J'ai été une gamine qui a eu peur »

« C'était nul? » En arrivant dans la zone mixte derrière le bassin de compétition, Camille Muffat ne se dérobe pas. Grande favorite du 400 m nage libre, la championne olympique a bu une sacrée tasse de chlore catalan. Terminant loin, très loin de l'Américaine Ledecky (4'7''67 pour 3'59''82), à une septième place indigne de son niveau et de sa valeur. « Dès le début, j'ai peut-être trop regardé, confesse la Tricolore. Je ne suis jamais entrée dedans. J'ai été une gamine qui a eu peur. Il a suffi d'un doute pour que la championne que je pense être se fasse toute petite. Je n'ai pas grand-chose pour ma défense. Les 3'59'' n'étaient pas à ma portée, mais 4'1'' oui (NDLR : avec ce temps, elle aurait remporté l'argent). »

La dérobade de Pellerin

Presque incrédule, la Niçoise a dû chercher dans son armoire aux souvenirs une aussi piteuse performance. « Je me souviens d'un 200 m aux Championnats de France où j'avais laissé filer Coralie Balmy, et Fabrice (NDLR : Pellerin, son entraîneur) avait dit que je m'étais pissé dessus, lâche Camille Muffat. Je ne suis pas censée avoir droit à ce genre d'erreurs. Je n'ai pas envie que ce soit ça qui reste. »

La nageuse refuse de mettre sur le compte de la guerre des mots déclenchée par son entraîneur contre Yannick Agnel, son ex-partenaire d'entraînement, et Sophie Kamoun, leur agent commun, son fiasco d'hier soir. « J'ai bien vu quelques petits trucs sur Facebook, mais je n'ai pas parlé avec les intéressés, assure-t-elle. S'il y a quelque chose à régler, on verra après. Quoi que je fasse dans l'eau, ce sera ma faute. Ou pas. » Du haut de ses 23 ans, Muffat assume.

Pellerin un peu moins. L'entraîneur azuréen, porté au pinacle il y a un an, s'est dispensé de venir expliquer l'échec de son élève et commenter sa part de responsabilité. « Vu le niveau de Ledecky, elle n'aurait pas gagné de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant