Camille Lopez : " Retourner en club et se laver le cerveau "

le
0
Camille Lopez : " Retourner en club et se laver le cerveau "
Camille Lopez : " Retourner en club et se laver le cerveau "
Buteur défaillant du XV de France face au pays de Galles, Camille Lopez s'est voulu rassurant après la défaite subie face aux Gallois. Le Clermontois a assuré que c'est par le travail que les Bleus retrouveront leur niveau optimal, mais que les automatismes en club ne sont pas simples à retranscrire en sélection.

Camille Lopez, beaucoup de déception ce soir ?
Oui, forcément ! Après une défaite à domicile, il y a forcément beaucoup de frustration, beaucoup de déception. Maintenant, c'est chose faite, on va relever la tête et se tourner vers le futur. Il va falloir rebondir de suite. On va retourner en club, on va se changer les idées, se laver le cerveau et rebasculer ensuite sur l'Italie dans quinze jours.

Vous voulez dire que vous avez besoin d'évacuer cette déception ?
Ça va faire du bien de retrouver les copains en club et de retrouver autre chose. Ça va nous permettre de nous changer les idées. Besoin ? Je ne sais pas s'il y a besoin. S'il avait fallu rebasculer de suite derrière, on aurait rebasculé, ce n'est pas ça le problème. Cette semaine va nous permettre cela.

« Il faut se servir de ce match »

Le staff vous a demandé de plus vous lâcher, de plus vous faire plaisir sur le terrain. Ce n'est pas l'impression qu'on a eu. Est-ce que vous, sur le terrain, vous avez eu l'impression de prendre plus de plaisir ?
Moi, j'ai pris du plaisir. Peut-être que ça ne se ressent pas mais on a osé des choses. On nous a demandé certaines choses, on a essayé de les appliquer. Il y a des choses qui ont plus ou moins bien marché, d'autres qui n'ont pas marché. Il faut qu'on continue à travailler, c'est par là que ça va passer. Il n'y a que le travail qui paye, continuons à travailler. On est dans le dur, il faut le reconnaître, c'est dur de perdre un match à domicile mais il ne faut pas tout remettre en question. Il faut se servir de ce match car, honnêtement, quand on voit qu'on commence à faire deux ou trois passes, on arrive à être dangereux donc il faut retenir ça.

Avez-vous le sentiment d'avancer avec le XV de France ?
Oui car, dans le jeu, on voit qu'on arrive à produire certaines choses et on arrive à mettre à mal ces défenses quand on commence à tenir le ballon. Je crois qu'en première période, il nous a manqué ça, de tenir un peu plus le ballon. Quand on arrive à trouver des espaces certaines fois, on est trop gourmand, il y a les dernières passes où on essaye sans doute trop de choses impossibles au lieu de multiplier les temps de jeu. Après, on ne peut pas reprocher certaines passes car on nous demande d'oser, de se faire plaisir et on a envie de se faire plaisir, d'oser des choses. Maintenant, il faut y mettre un maximum de technique individuelle pour que ça réussisse et pour que ça gagne.

Comprenez-vous que, de l'extérieur, il y ait de l'inquiétude avec la victoire difficile contre l'Ecosse puis la défaite en Irlande et cette défaite face au pays de Galles ?
C'est forcément compréhensible, c'est légitime car on perd ce soir (samedi) à domicile. On ne va pas dire qu'on est les meilleurs du monde. Mais, comme je l'ai dit, nous, on va rester solidaires, on va continuer à travailler. On travaille bien, même si on perd les matchs. Il y a du positif dans tous les matchs qu'on a perdu, que ce soit en Irlande ou ce soir. Il y a certains points qu'on garde et qu'on va essayer d'emmagasiner pour être le plus performant possible les week-ends prochains.

« Ce n'est pas parce qu'on est quatre Clermontois qu'on y retrouve cette même fluidité »

C'était un match difficile pour vous avec des échecs dans le jeu au pied. On a senti que, mentalement, vous avez un peu perdu le fil. Est-ce votre avis ?
Oui, si vous le voyez comme ça. Après, j'ai deux échecs mais la première, elle est loin. Si on peut marquer, ce n'est pas plus mal. La deuxième, je m'en veux car c'est une pénalité que je ne dois pas rater. Mais, après, je reste concentré dans mon match. On a essayé de mettre du volume de jeu, d'attaquer la ligne, de faire des choses, de proposer des choses et c'est ce qu'on a réussi à faire en seconde mi-temps. Continuons dans ce sens là et il n'y a pas de raisons que ça ne fonctionne pas.

Il y a eu trois matchs dans ce Tournoi, vous les avez tous démarrés. Est-ce compliqué d'enchaîner les matchs ? Là, vous aviez des affinités en club avec Morgan (Parra), Damien (Chouly) et Wesley (Fofana). On a l'impression que ça ne déroule pas aussi bien qu'à Clermont...
Vous savez, on ne joue pas à quatre, on joue à quinze. Et je ne joue pas avec quinze Clermontois donc on ne peut pas retrouver la même fluidité qu'en club. Ce n'est pas parce qu'on est quatre Clermontois qu'on y retrouve cette même fluidité. Après, j'ai enchaîné les trois matchs, oui, mais ce n'est pas dur d'enchaîner les matchs. Ce sont des matchs de haut niveau, il faut être prêt. On essaye d'être le plus performant possible, on sait qu'il y aura encore du déchet mais il faut continuer à travailler.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant