Camille Lacourt veut finir en beauté

le , mis à jour à 06:07
0
Camille Lacourt veut finir en beauté
Camille Lacourt veut finir en beauté

À partir de 18 heures

 

Pour les autres, de l'or, de l'argent ou du bronze. Pour lui, une belle médaille en chocolat... Dans l'Aquatics Center de Londres, en 2012, Camille Lacourt (qui s'élance ce soir en séries du 100 m dos), a pris la plus grosse claque de sa carrière. Venu en Angleterre sûr de son fait après une ascension fulgurante sur les toits européens (2010) et Mondiaux (2011), le nouveau sex-symbol de la natation française s'était sans doute vu trop beau trop tôt... « Le podium est fait, il reste juste à chercher l'or, lançait-il même avant son entrée en lice. Vous pouvez compter sur moi. » Résultat, une quatrième place qu'il a longtemps traînée comme un boulet. « Il y a quatre ans, je voulais absolument gagner, souffle le dossiste du CN Marseille de 31 ans. Même une médaille d'argent ne m'intéressait pas. C'était direct l'échec... et ça a été l'échec. Aujourd'hui, j'aborde ça vraiment différemment. Je me sens bien, je suis heureux dans ce que je fais et je sais que, malgré tout, il y a toujours une part de chance, ou je ne sais pas très bien comment l'appeler... »

 

En quatre ans de montagnes russes, Lacourt a eu le temps d'apprendre à devenir fataliste. « J'ai eu une vie ! lâche-t-il. Il y a eu l'échec, puis la blessure. J'ai réussi à revenir et remonter sur la plus haute marche. J'ai grandi, mûri et je sais relativiser. Il n'y a plus de pensées négatives, juste de l'envie et de l'excitation. Bien sûr, l'objectif c'est l'or, mais on verra... »

 

Durant cette Olympiade, le Catalan a connu les joies de la paternité (sa fille Jazz est née en octobre 2012), l'exil australien (fin 2013-début 2014) et, surtout, une tumeur bénigne à la hanche droite qui l'a tenu éloigné des bassins pendant de long mois. Avant de renaître l'été dernier aux Mondiaux de Kazan, avec l'or du 50 m dos (discipline non olympique) et l'argent du 100 m dos en signant le deuxième chrono de sa carrière ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant