Camille Chat : " Je ferai tout pour arriver en équipe de France "

le
0
Camille Chat : " Je ferai tout pour arriver en équipe de France "
Camille Chat : " Je ferai tout pour arriver en équipe de France "

Camille Chat était présent en conférence de presse ce mardi pour évoquer le match de Champions Cup de vendredi à Northampton. Mais le jeune talonneur du Racing 92 est finalement revenu sur son début de saison, sa première en professionnelle, et surtout sur son avenir. On dit de lui qu'il est l'héritier de son coéquipier Dimitri Szarzewski.

Camille Chat, que représente pour vous la Coupe d’Europe ?
C’est une compétition très importante pour moi, de très haut niveau. Je suis très heureux d’avoir fait mes premiers matchs en Coupe d’Europe. C’est une compétition très relevée, de niveau international, donc ça ne peut que me faire progresser.

Est-ce plus excitant pour vous de jouer la Coupe d’Europe plutôt que le Top 14 ?
Oui forcément, c’est du même niveau que le Top 14, voire plus élevé. On rencontre des équipes de toute l’Europe, je trouve ça très intéressant de jouer contre des équipes étrangères.

Vous apprenez beaucoup sur le plan personnel dans ces matchs-là ?
Oui, oui, j’apprends beaucoup. Au niveau de mes coéquipiers, en jouant à un niveau comme ça, je ne peux qu’apprendre. C’est ma première saison en pro donc j’apprends énormément.

Etes-vous surpris de votre adaptation au Top 14, à la Coupe d’Europe ?
Je ne m’attendais pas à jouer autant, en fait. Au fur à mesure, je me suis bien intégré au groupe. Donc surpris, oui un petit peu mais tant mieux pour moi. Comme je l’ai dit, je veux progresser, je veux jouer et tant mieux si je joue.

Avez-vous dû redoubler d’efforts pour y arriver ou est-ce que ça c’est fait plutôt naturellement ?
Ça s’est fait naturellement. Mais l’an dernier, je m’entrainais tous les jours avec les pros. Dans ma tête, j’espérais avoir du temps de jeu et j’espérais saisir ma chance à un moment donné. Je ne sais pas si j’étais surpris mais je m’y suis préparé quand même.

« Tous les joueurs rêvent d’être en équipe de France »

Y a-t-il un moment où on se dit qu’on est en surrégime, en survitesse ?
Non, non pas en survitesse. Moi, j’essaye de ne pas me poser de questions, d’aller de l’avant. Et ce que je veux c’est progresser, jouer à mon plus haut niveau possible. Tant que je joue, tant mieux pour moi et on verra par la suite.

Jouer au plus niveau, ça veut dire que vous pensez à l’équipe de France ?
Pour l’instant je n’y pense pas, je me consacre au Racing. On verra par la suite, mais je ferai tout pour y arriver c’est sûr. Comme tous les jeunes joueurs français.

Est-ce que vous vous êtes fixé une date pour dire « dans deux, trois ans, il faut que j’aie une sélection » ?
Pour l’instant non. Je me consacre au Racing. Mais après, je suis jeune, tous les joueurs de rugby rêvent d’être en équipe de France, donc je ferai tout pour. Je vais travailler pour et on verra. Je ne vais pas me prendre la tête, je suis au Racing, je veux jouer au Racing.

Comment vivez-vous le fait qu’on parle beaucoup de vous en ce moment comme le successeur de Dimitri Szarzewski en club et en équipe de France ?
Ce qui va se passer, c’est sur le terrain. Il faut que je prouve que je vaux ma place ici. Dimitri est un exemple pour moi, il a plus de 80 sélections en équipe de France donc il ne peut que me faire avancer et me faire progresser en étant à ces côtés.

« Progresser dans tous les domaines »

Vous demandez beaucoup de conseils à Dimitri Szarzewski ?
Oui, on essaye de parler souvent et je m’intéresse beaucoup à ce qu’il fait, à ses gestes, à son expérience.

Est-ce que la Coupe du monde dans quatre ans au Japon est un objectif pour vous ?
Mon objectif premier, c’est le Racing pour l’instant. Maintenant, tous les joueurs de mon âge pensent à l’équipe de France. Ça serait un rêve pour moi de jouer la Coupe du Monde dans quatre ans et je ferai tout pour. Mais cette année, je viens de débuter en pro donc il ne faut pas aller trop vite non plus.

Dans quels domaines pensez-vous encore devoir progresser ?
Dans tous les domaines. Je pense qu’on n’est jamais à notre meilleur niveau, on peut toujours progresser. Au niveau de l’expérience au poste, je pense que je peux encore beaucoup progresser.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant