Camille Abily : "La seule chose que j'envie au foot masculin, ce sont les stades pleins"

le
0
Camille Abily : "La seule chose que j'envie au foot masculin, ce sont les stades pleins"
Camille Abily : "La seule chose que j'envie au foot masculin, ce sont les stades pleins"

Pour son premier match des éliminatoires de l'Euro 2017 face à la Roumanie, Camille Abily va tourner la page du Mondial canadien. Tête d'affiche du milieu de terrain tricolore, la Lyonnaise se confie sans tabou depuis le château de Clairefontaine.

Comment se passe ce rendez-vous de rentrée à Clairefontaine ? Plutôt bien ! Après nos premiers matchs respectifs en club, c'est toujours un plaisir de revenir ici.
Le Mondial au Canada est encore dans toutes les têtes. Vous avez digéré ? C'était loin d'être évident. On avait vraiment de l'ambition avant d'attaquer cette compétition, de revenir avec une médaille. Se faire sortir dès les quarts de finale, c'était vraiment dur à encaisser. Ça s'est joué à peu de choses. Là encore, les penaltys On en ressort avec beaucoup de frustration, mais maintenant, il faut aller de l'avant.
Tu as pu reparler avec Gaëtane Thiney de ce match contre l'Allemagne ? Elle parlait d'un "cauchemar" après la rencontre Il fallait en reparler. On a discuté avec elle, c'est qu'elle s'en mordait les doigts parce qu'elle avait la balle de la victoire, mais ce n'est pas la fautive. Nous aussi, on a loupé des actions pendant le match, des passes Cela fait partie du jeu et on ne peut pas tout réussir.
Qu'est-ce qu'il vous manque encore pour aller chercher un titre majeur ? De l'efficacité. Notre équipe possède un fonds de jeu intéressant, mais il nous faut un instinct de tueuses devant le but. Contre l'Allemagne notamment, on a plusieurs balles de 2-0, mais on n'arrive pas à mettre ces buts au fond Après leur égalisation sur penalty, il fallait tout recommencer. C'est là-dessus que l'on doit bosser.
Un titre mondial ou même une victoire aux JO pourrait changer la vision du foot féminin en France C'est un objectif réalisable d'après toi ? Oui, on peut le faire. Au Mondial, on faisait déjà partie des deux ou trois meilleures équipes, même si, sur le terrain, cela ne s'est pas concrétisé. Je suis sûr qu'on peut faire quelque chose aux JO, il faudra simplement être plus efficace et puis, comme tous les champions, avoir une petite part de réussite. Il ne faut pas oublier que dans quatre ans, la Coupe du monde arrive en France. La médiatisation sera là, mais si on arrive à ramener une médaille de Rio, ça va donner encore plus envie aux petites filles de jouer au foot, ça ne pourra être qu'un élan positif pour le football féminin. [BR…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant