Cameroun : un militant des droits homosexuels torturé et tué

le
0
Cameroun : un militant des droits homosexuels torturé et tué
Cameroun : un militant des droits homosexuels torturé et tué

Un journaliste et militant de la cause homosexuelle au Cameroun, Eric Lembembe a été retrouvé mort lundi à son domicile à Yaoundé, après avoir subi de nombreuses tortures.

C'est ce qu'a annoncé mardi l'organisation non gouvernementale Human Right Watch (HRW) qui a rapporté que «les amis de Lembembe ont trouvé son corps lundi soir», évoquant «un meurtre». «Selon l'un de ses amis, le cou et les pieds de Lembembe ont été brisés, et son visage, ses mains et ses pieds ont été brûlés avec un fer à repasser».

Eric Lembembe était un militant reconnu au Cameroun et il était «un proche collaborateur de HRW», a rappelé l'organisation.

Des intimidations récurrentes dans le pays

Selon l'ONG, ce «meurtre» intervient peu de temps après l'incendie criminel en juin du siège d'une ONG camerounaise offrant des soins aux personnes homosexuelles victimes du HIV.

Quelques jours avant, le cabinet d'un avocat camerounais connu pour défendre des personnes homosexuelles, Me Michel Togué, avait été cambriolé, son ordinateur emporté ainsi que son passeport.

Déjà en octobre 2012, il avait affirmé avoir reçu des «menaces de mort», comme avant lui sa cons?ur Alice Nkom. L'avocat avait notamment reçu le texto suivant: «M. Togué, choisis celui de tes enfants que nous allons transformer en pédé comme toi. Là, tu sauras ce que ça fait de les défendre. (...) Même l'intervention des pédés blancs ne les sauvera pas».

La même année, le bureau du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l'Homme (HCDH) avait estimé «particulièrement inquiétant de recevoir des témoignages de menaces anonymes à l'encontre des défenseurs de droits de l'Homme travaillant à la protection des droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT)».

De nombreuses ONG dénoncent régulièrement les arrestations et emprisonnements de personnes homosexuelles au Cameroun, de même que les nombreuses pressions et menaces à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant