Cameroun : 7 morts dans une attaque de Boko Haram

le
0
Cameroun : 7 morts dans une attaque de Boko Haram
Cameroun : 7 morts dans une attaque de Boko Haram

Sept personnes ont été tuées dimanche 2 mars lors d'affrontements survenus après une incursion du groupe islamiste armé nigérian Boko Haram dans le nord du Cameroun. Les victimes sont , six islamistes et un soldat camerounais. Le drame, révélé par une source sécuritaire, a été confirmé par un responsable d'une ONG camerounaise, qui n'a pas été en mesure de donner un bilan définitif.

L'incident s'est produit «dans la brousse, à une dizaine de kilomètres de la ville de Fotoko», selon Mey Aly, responsable de l'ONG Os-civile droits de l'homme :  «Une trentaine de combattants de Boko Haram lourdement armés est entrée discrètement au Cameroun. Un villageois les a repérés et a donné l'alerte», a précisé cette source.

La responsable de l'ONG raconte que les islamistes ont ouvert le feu après s'être rendu compte que les militaires camerounais se mobilisaient pour leur barrer la route. Au final, «les Boko Haram ont abattu un militaire (camerounais). Nos soldats ont tué six de leurs gars» et «capturé» deux autres, indique une source sécuritaire camerounaise s'exprimant sous couvert d'anonymat. 

Climat de terreur dans la région

«Les populations de la région sont terrorisées par les incursions des islamistes comme celle de ce dimanche. Nous souhaitons que les mesures prises par les autorités pour rassurer les populations soient beaucoup plus fortes», a déploré Mey Aly. La région est en effet régulièrement victime du groupe armé, à commencer par le Nigeria.

Le Nigeria. Le groupe armé Boko Haram mène une insurrection sanglante dans le nord majoritairement musulman du Nigeria qui, combinée aux opérations de l'armée nigériane, a fait plusieurs milliers de morts depuis 2009. Dimanche 3 mars, des hommes armés soupçonnés d'appartenir au groupe islamiste Boko Haram ont ainsi commis un grand massacre dans la localité de Mafa, dans le nord-est du Nigeria. Le bilan : 29 morts. Ce bain de sang est à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant