Cameroun : 123 combattants de Boko Haram tués en deux jours

le
0
Cameroun : 123 combattants de Boko Haram tués en deux jours
Cameroun : 123 combattants de Boko Haram tués en deux jours

Trois soldats tchadiens ont été tués lors d'attaques menées par le groupe islamiste nigérian Boko Haram dans le nord du Cameroun, selon un communiqué de l'armée tchadienne publié vendredi soir, précisant que 123 islamistes avaient également été tués.

Le bilan est de «trois morts et 12 blessés» au sein de l'armée tchadienne et de 123 islamistes tués après deux attaques menées jeudi et vendredi dans la région de Fotokol, où un contingent tchadien est déployé, selon l'état-major des armées tchadiennes. Les militaires ont été tués «par des engins explosifs de fabrication artisanale», a précisé l'état-major.

Boko Haram a lancé une première attaque jeudi à Bodo «aux environs de 16 heures» locales, dans la région de Fotokol, a indiqué l'armée. «L'ennemi a été repoussé par nos forces de défense et de sécurité», a-t-elle ajouté. Vendredi, «une nouvelle tentative d'incursion» a également été «violemment repoussée» et «l'ennemi a été mis en débandade», selon la même source.

Au moins 1500 soldats tchadiens déjà présents

Les troupes tchadiennes, arrivées au Cameroun le 17 janvier, ont commencé mercredi à se déployer à Fotokol, ville frontalière en face de la ville nigériane de Gamboru, tenue par le groupe islamiste Boko Haram. Ce mouvement de troupes s'inscrivait dans le cadre «des actions préliminaires» à l'engagement de l'armée tchadienne qui doit combattre Boko Haram aux côtés des Camerounais, selon un officier supérieur de l'armée camerounaise. Aucune indication n'a pu être obtenue sur le nombre d'hommes déjà déployés à Fotokol.

Depuis des mois, Boko Haram contrôle la ville nigériane de Gamboru qu'un pont d'à peine 500 mètres sépare de Fotokol. La ville camerounaise a fait régulièrement l'objet de tentatives d'attaques des islamistes nigérians. L'armée camerounaise positionnée dans cette ville a réussi jusqu'à présent à les repousser.

Entre 1500 et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant