Cameron veut attaquer l'Etat islamique "à sa source"

le
0

LONDRES, 29 juin (Reuters) - Le Premier ministre britannique David Cameron estime que l'attaque contre l'hôtel de Sousse, en Tunisie, qui a fait au moins 39 morts, démontre le "degré du mal" auquel la Grande-Bretagne, parmi d'autres, est confrontée. Dans une tribune publiée dimanche soir sur le site internet du quotidien The Telegraph, Cameron appelle à être "intolérant contre l'intolérance de l'organisation Etat islamique". "Nous ne reculerons pas. A l'effroi et deuil, nous devons ajouter un autre mot: la détermination. Une détermination inébranlable", écrit-il. Quinze touristes britanniques figurent parmi les personnes tuées vendredi sur la plage et dans le lobby de l'hôtel Imperial Marhaba. Et ce bilan est encore provisoire, des médias estimant que le chiffre final des pertes britanniques pourraient être de l'ordre de 30 morts. "L'homme qui a fait cela, ce tireur souriant armé d'une Kalachnikov cachée dans un parasol, démontre le degré du mal auquel nous sommes confrontés. Un mal que nous avons vu sur le Mont Sindjar, en Irak, et dans un centre commercial du Kenya, au siège d'un magazine (Charlie Hebdo) à Paris et dans des écoles du Pakistan", écrit le Premier ministre. La première priorité de son gouvernement, précise Cameron, est de venir en aide aux victimes de l'attaque. Plus de 50 membres des services consulaires, de la police et de la Croix-Rouge ont été dépêchés à Sousse. Et Cameron a été en contact avec le président tunisien Beji Caïd Essebsi. Au-delà, poursuit-il, "nous devons en faire plus pour coopérer et édifier nos capacités à faire face au terrorisme". Les solutions, face à l'Etat islamique, passent par une action à la source de la menace, notamment en Syrie, en Irak et en Libye. "Cela signifie apporter un soutien aux gouvernements pour renforcer des institutions politiques faibles et lutter contre l'instabilité politique. Ces zones incontrôlées sont des zones où prospèrent les groupes terroristes", explique-t-il. La lutte doit aussi se mener au niveau idéologique, "peut-être l'aspect le plus important". "Pour vaincre cette idéologie vénéneuse, nous devons clairement dire pourquoi elle est dans l'erreur. Nous devons révéler et vaincre ce qui persuade des jeunes gens, de la Tunisie au Koweït, de la Belgique à la Grande-Bretagne, à rallier l'EI", écrit Cameron. (Bureau de Londres; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant