Cameron se dit confiant sur l'issue du référendum du 23 juin

le
0
    LONDRES, 7 juin (Reuters) - Le Premier ministre britannique, 
David Cameron, a assuré mardi qu'il ne nourrissait aucune 
inquiétude sur l'issue du référendum du 23 juin sur le maintien 
ou non de la Grande-Bretagne dans l'Union européenne. 
    Après la publication de plusieurs sondages qui semblent 
donner l'avantage aux partisans du "Brexit", le chef du 
gouvernement a organisé une conférence de presse inopinée au 
cours de laquelle il s'en est pris à certains arguments de ses 
adversaires qu'il a qualifiés de "mensonges". 
    Interrogé par un journaliste sur sa peur de perdre le 
référendum, David Cameron a répondu: "Pas du tout. Je ne suis 
pas inquiet, ce qui me préoccupe, c'est que certains disent des 
choses qui ne sont pas vraies." 
    La principale difficulté de David Cameron réside dans le 
fait que ses principaux adversaires sont issus, comme lui, du 
Parti conservateur, qu'il s'agisse de l'ancien maire de Londres, 
Boris Johnson ou du ministre de la Justice, Michael Gove, ou 
encore d'autres ministres de son propre gouvernement. 
    David Cameron a énuméré mardi plusieurs arguments brandis 
par les partisans du "Brexit" avant de les réfuter les uns après 
les autres. Il a ainsi démenti que la Grande-Bretagne puisse se 
retrouver un jour contrainte à venir en aide à un pays de la 
zone euro en manque de liquidités alors qu'elle ne fait pas 
partie du bloc monétaire. 
    "Il est primordial de dire aux gens: 'ne prenez pas la 
décision de quitter l'UE et d'affaiblir notre économie sur la 
foi des fausses informations que l'on vous donne'", a dit le 
Premier ministre. 
    Prié de dire pourquoi des membres de son propre gouvernement 
pouvaient se tromper à ce point, il a répondu : "Cette 
organisation (l'UE) peut parfois être très agaçante. Il arrive 
qu'elle me rende fou. Mais cela ne doit pas nous rendre fous au 
point de faire des erreurs factuelles sur ce que nous risquons." 
    "Ce n'est pas à moi de dire pourquoi ils font ces erreurs 
factuelles. Mais je pense qu'il est important pour moi d'en 
faire part et de dire que je pense que nous sommes à tournant de 
la campagne. Ne faites pas ce choix sur la base de fausses 
informations." 
 
 (William James, Kate Holton et David Milliken,; Nicolas Delame 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant