Cameron rend visite à des réfugiés au Liban et en Jordanie

le , mis à jour à 21:20
0

(Actualisé avec visite en Jordanie, déclarations) BEYROUTH/AMMAN, 14 septembre (Reuters) - David Cameron a rendu visite lundi à des réfugiés syriens installés au Liban et en Jordanie, où il a jugé vital de leur fournir une aide afin de les dissuader de risquer leur vie pour gagner l'Europe. Le chef du gouvernement britannique a rendu visite aux réfugiés dans un campement de tentes de la vallée de la Bekaa, au Liban, où bon nombre d'entre eux vivent sans accès aisé à l'électricité et à une eau potable, puis dans un autre en Jordanie, celui de Zaatari, l'un des plus grands camps de réfugiés aux frontières de la Syrie. Pressé d'accueillir davantage de réfugiés syriens face à la crise migratoire qui ébranle l'Union européenne, David Cameron a promis la semaine dernière que le Royaume-Uni accueillerait au cours des cinq années à venir 20.000 réfugiés syriens installés dans des camps de réfugiés au Proche-Orient. Londres s'est également engagé à verser 100 millions de livres (137 millions d'euros) aux pays de la région, dont 29 millions au Liban. Le Liban, qui compte 1,1 million de réfugiés, soit un habitant sur quatre, héberge le plus grand nombre de réfugiés par tête d'habitant et a demandé à d'autres pays de l'aider à partager ce fardeau. S'exprimant après avoir été reçu par son homologue libanais, Tammam Salam, à Beyrouth, David Cameron a salué "l'immense générosité et la capacité des Libanais à rebondir" face à cette crise. "Je suis allé dans la vallée de la Bekaa où j'ai pu me rendre compte du sens de l'hospitalité à l'oeuvre, et j'ai rencontré certains des réfugiés syriens que nous accueillerons au Royaume-Uni", a-t-il dit. En Jordanie, où il a rencontré le roi Abdallah, David Cameron a insisté sur la nécessité d'aider les réfugiés pour qu'ils restent dans la région. "Il est très important de maintenir ces personnes près de leur domicile, de les vêtir, de les nourrir et de les héberger afin qu'ils n'entreprennent pas le dangereux voyage par la mer qui a entraîné tant de pertes en vies humaines", a-t-il dit. Depuis 2011, la guerre en Syrie a chassé plus de 4 millions de Syriens de leur pays, la plupart étant répartis dans les pays voisins, la Turquie en abritant le plus grand nombre. Selon Beyrouth et Amman, l'aide internationale ne comble qu'une fraction des milliards de dollars que leur coûte la prise en charge de ces réfugiés, qui pèse sur les infrastructures et les services de base. "Nous sommes convaincus que la crise des réfugiés qui atteint aujourd'hui le coeur de l'Europe est un phénomène qui ne peut arriver à son terme à moins que nous trouvions une solution politique pour mettre fin à la guerre en Syrie", a jugé le Premier ministre libanais Tammam Salam. (Sylvia Westall; Eric Faye et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant