Cameron reconnaît avoir mal géré l'affaire des "Panama papers"

le
0
 (Actualisé avec manifestation, citation, contexte) 
    LONDRES, 9 avril (Reuters) - David Cameron a reconnu samedi 
qu'il aurait dû mieux gérer les révélations sur les arrangements 
fiscaux de sa famille et a promis de retenir la leçon après 
avoir été fragilisé dans l'affaire des "Panama papers". 
    Après quatre déclarations différentes en quatre jours, le 
Premier ministre britannique a fini par admettre jeudi soir à la 
télévision qu'il avait bien détenu une participation dans une 
société offshore créée dans un paradis fiscal par son père Ian, 
aujourd'hui décédé. 
    "Bon, la semaine n'a pas été formidable", a-t-il dit samedi 
à Londres lors du forum de printemps de son Parti conservateur. 
"Je sais que j'aurais dû et pu mieux gérer cela, je sais qu'il y 
a des enseignements à tirer et je le ferai", a-t-il poursuivi. 
    Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés 
devant l'immeuble abritant la réunion du Parti conservateur, 
certains réclamant une démission du chef du gouvernement. 
    Il est peu probable, malgré les appels en ce sens, que 
l'affaire pousse Cameron à quitter ses fonctions. Mais l'affaire 
le fragilise en pleine campagne sur le maintien ou non du 
Royaume-Uni dans l'Union européenne que les électeurs 
trancheront par référendum le 23 juin.  ID:nL5N17B3IS  
    Critiqué au sein de son propre camp, David Cameron tente de 
mobiliser le parti autour de lui avant les élections régionales 
prévues en mai. 
    "Au cours des prochains mois et des prochaines années 
destinés à régler cette question sur l'Europe, nous avons 
l'immense responsabilité de faire preuve de la discipline, 
l'unité et la détermination qui sont essentielles pour le 
gouvernement", a-t-il dit. 
 
 (William James et Paul Sandle; Henri-Pierre André pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant