Cameron peine à calmer les ardeurs des conservateurs 

le
0
En congrès, les Tories ont pris pour cible l'Human Rights Act, qui protégerait trop les délinquants et les sans-papier.

Envoyé spécial a Manchester

L'histoire d'un chat dénommé Maya a agité ces deux derniers jours le congrès du parti conservateur britannique, à Manchester, jusque là quelque peu assoupi dans la morosité. Mardi, la ministre de l'Intérieur, Theresa May, s'en est prise à l'Human Rights Act, la loi qui transcrit la Convention européenne des droits de l'homme dans le droit britannique, affirmant qu'il avait empêché l'expulsion d'un étranger en situation irrégulière parce qu'il possédait un chat. Le Human Rights Act est dans la ligne de mire d'une bonne partie des conservateurs au gouvernement, y compris du premier ministre David Cameron, qui l'accusent de protéger les délinquants et immigrés illégaux. Mais le ministre de la Justice, Kenneth Clarke, conservateur modéré, a rétorqué que cette histoire de chat n'avait rien à voir avec les droits de l'homme et s'est inquiété de constater que son pays donne des leçons en la matière à l'étranger tout en cherchant ü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant