Cameron ne voit pas la fin de l'austérité en Grande-Bretagne

le
1
CAMERON NE VOIT PAS LA FIN DE L'AUSTÉRITÉ EN GRANDE-BRETAGNE
CAMERON NE VOIT PAS LA FIN DE L'AUSTÉRITÉ EN GRANDE-BRETAGNE

LONDRES (Reuters) - David Cameron se dit incapable de fixer une date pour la fin de la politique d'austérité en Grande-Bretagne, en raison de l'ampleur des déficits publics et de la détérioration du contexte économique.

Après son arrivée au pouvoir en 2010, le Premier ministre conservateur a mis en oeuvre un programme de réduction drastique des dépenses publiques sur une période de cinq ans. Il dit désormais que cette politique pourrait durer jusqu'en 2020.

"Nous sommes dans une période où dans tous les pays, pas seulement en Europe, mais je pense qu'on le constatera également en Amérique, nous devons faire face à nos déficits et où nous devons avoir une dette supportable. Je ne vois pas quand (...) la pression se relâchera", déclare David Cameron dans une interview publiée jeudi par le Daily Telegraph.

"Je ne vois pas quand des choix difficiles en matière de dépenses n'auront plus à être effectués (...) nous sommes dans une situation très difficile", ajoute-t-il.

"Je ne nie pas un seul instant que c'est plus bien plus difficile que ce qui était prévu."

Dans cette interview abordant un grand nombre de questions, le Premier ministre affirme que "c'est un moment très difficile pour être au gouvernement".

Au sujet de l'Europe, David Cameron dit ne pas penser que la Grande-Bretagne doive quitter l'Union européenne et assure qu'il ne mènera jamais campagne pour une sortie de l'UE dans le cadre d'un éventuel référendum.

Il dit vouloir négocier un "nouvel accord" avec l'UE, lequel ferait ensuite l'objet d'un référendum au lieu d'une consultation portant sur une sortie ou un maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union européenne.

Stephen Mangan, Bertrand Boucey pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 19 juil 2012 à 08:48

    Il a au moins le mérite de ne pas avoir la "langue de bois"...er d'avoir un discourt réaliste... La "Mer-de" n'est pas derrière nous...mais DEVANT nous !!!...

Partenaires Taux